Notre pote Christophe (de Total)
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Notre pote Christophe (de Total)

Le savait-on ? La France entière a brutalement perdu un copain, un bon pote

, atypique, fraternel, truculent, pas chichiteux, toujours prêt pour une bonne partie de rigolade jusqu'au bout de la nuit. Sacré Christophe ! Parler de Christophe, à des oligarques russes ou chinois, ou à des émirs du Golfe, et c'était la franche marrade assurée, la fraternisation immédiate, à l'évocation de la moustache, la fameuse moustache, la big moustache, une moustache taillée sur mesure pour le Barthes des mythologies, icône à elle toute seule de tous les atypismes, de toutes les transgressions. Dans le civil, PDG de Total, c'est dire s'il en avait, des bonnes histoires à raconter, sur les patrons et les ministres, surtout les ministres, ces culs serrés qui ne veulent pas entendre parler de gaz de schiste. Ah, maudit conducteur russe éméché, de la maudite déneigeuse de l'aéroport de Moscou.

De l'éloge funèbre des radios du matin à Christophe de Margerie, on dégagera donc, au doigt mouillé, les statistiques suivantes. Première occurence : il était sympa. Variantes : il tutoyait les journalistes (Lefébure, France Inter), il entrainait les copains dans des beuveries jusqu'à pas d'heure dans les troquets de Davos et d'ailleurs (Stéphane Richard, PDG d'Orange, RTL), il aimait le whisky, les blagues, il était respectueux du personnel (salarié, France Inter). Deuxième occurence, ex-aequo : c'était un grand Français (Manuel Valls, Laurence Parisot). Il croyait à la France, qu'on pouvait y faire des choses, bien des choses. Et si Total payait si peu d'impôts en France, c'est la faute, qu'on se le dise, à la législation internationale.

Troisième occurence : pour que son entreprise soit aimée ("on est des hommes comme les autres, on fonctionne aussi à l'affectif", Stéphane Richard), il n'hésitait pas à payer de sa personne. Prime spéciale à l'anecdote de la Miss Météo du Grand journal de Canal+ qui, en sous-vêtements, s'était barbouillée de mazout devant lui, un jour de marée noire, "sans qu'il quitte le plateau". Quant au reste, au rôle de l'extraction pétrolière dans le réchauffement climatique, aux efforts (ou pas) de Total dans la transition énergétique, et autres questions secondaires, il en sera question une autre fois.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.