Notre déménagement virtuel, en vrai
La vie du site
La vie du site
chronique

Notre déménagement virtuel, en vrai

C'est fait. On a déménagé, ce week-end. Et on vient de terminer notre première réunion du lundi dans nos nouveaux bureaux, avec vue sur des arbres, et sur du ciel (je ne vous raconte pas notre vie, mais ça change).

C'est fait. On a déménagé, ce week-end. Et on vient de terminer notre première réunion du lundi dans nos nouveaux bureaux, avec vue sur des arbres, et sur du ciel (je ne vous raconte pas notre vie, mais ça change).

picto Saurez-vous reconnaître les trois membres de l'équipe que l'on distingue sur ce superbe contrejour ?

Et vous savez quoi ? Vous ne devinerez jamais. Nos nouveaux bureaux, trouvés chez un soldeur, sont les vrais de vrais bureaux qui ont servi au tournage de Reporters, la série de Canal+.

C'est eux, là, nos futurs bureaux. Evidemment, on voit mal, mais je vous assure, le soldeur nous l'a juré.



C'est toujours un peu déchirant, un déménagement. Qu'emporter avec soi, et de quoi se débarrasser ? Les cassettes en Betacam de l'émission, depuis 1995 ? Pas de doute, on prend. C'est le coeur de notre mémoire.

La preuve, elles sont déjà rangées picto

Mais encore ? Les "conducteurs" écrits, en triple exemplaire, des mêmes émissions, depuis la même date ? Allez, on bazarde deux exemplaires sur trois.







Je regarde autour de moi, dans nos nouveaux bureaux : quasiment pas de papier, pas de dossiers (hormis la cauchemardesque paperasse de chef d'entreprise que l'on distingue sur mon bureau).

picto Et évidemment, les affiches-fétiche que l'équipe n'aurait voulu abandonner pour rien au monde

Mais pour le reste, le papier disparaît de notre horizon : seuls restent trois mois de quotidiens et d'hebdos, et quelques livres. Très peu de livres. On a tous trié sec. Je gardais par exemple (va savoir pourquoi) tous les livres des invités de l'émission, depuis l'époque de France 5. Hop, à la déchetterie, les coups de gueule, les savantes analyses, les prophéties plus ou moins vérifiées. Ne restent que des incontournables, absolument incontournables. Debray, Bourdieu (mais oui !), une poignée de livres savants sur les manuscrits de la mer morte, que je ne parviens pas à jeter (un jour, j'écrirai une saga sur les manuscrits de la mer morte) et quelques autres, plus personnels encore.


Pour l'équipe ? Encore moins. Tout est sur des serveurs, quelque part dans le vaste océan virtuel. Ou trouvable, au prix de quelques recherches. Tout au moins, le croyons-nous. A tort peut-être. Mais les limites physiques de l'espace commandent.

Je me souviens des déménagements du Monde (j'en ai vécu deux). Chaque journaliste trimballait une dizaine, ou une quinzaine de cartons. Quel cirque ! Et le déménagement précédent de l'émission, en 2006, encore à l'époque de France 5 ? Trois pièces ont été nécessaires, pour "le" stock.

Le stock ? 17 000 cassettes SVHS, de toutes les émissions, de toutes les chaînes, que nous enregistrons depuis 95, aussi. Tous ces jités, tous ces praïmes, tous ces druquaire, tous ces foucault, tous ces flots de télévision de flux. Tous ces scintillements, tout cet océan de rien, dans lequel nous cherchons du sens depuis quinze ans. Qu'en faire ? Garder ? Jeter ? Pourquoi garder ? Nous ne sommes pas l'INA, et tout cela semble soudain si inactuel ! La priorité, n'est-ce pas de tenter d'introduire du sens dans le magma d'aujourd'hui, les videos qui buzzent, les chevauchements de lignes j@unes en tous genres ? Sachant qu'on ne peut pas être partout, ne faut-il pas procéder à des choix déchirants ? Bon. Reportons la décision. Pour l'instant, on n'a pas la place. On verra bien si l'on en trouve un parking dans le quartier.

Premier matin quasi-miraculeux. Grâce au génie de notre déco-réalo-déménageur François Rose, les bureaux sont en place, Internet fonctionne, on peut même faire des montages vidéo (et l'écran géant branché sur la Freebox, voir ci-dessus, nous permet de constater que la qualité de l'image de nos émissions sur arretsurimages.tv est tout à fait acceptable). Reste à installer nos trois plateaux, tâche à laquelle seront consacrées les prochaines semaines.

picto Pour l'instant, le plateau ressemble à ça (au fond, la table culte qui a fait partie du voyage)

D'ores et déjà, en primeur mondiale (attention effet d'annonce !) je vous prédis des changements plus ou moins visibles dans les décors de chacune, mais je ne vous en dis pas plus. Pas de panique : d'ici là, vous aurez tout de même votre dose d'émissions. Une par semaine (le vendredi). Nous les avons tournées d'avance. Mais je ne vous en dis pas plus, là non plus. Surprise.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.