Verts de méfiance
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Verts de méfiance

, François de Rugy, député EELV, refuserait donc une proposition de Manuel Valls

"A ce stade", si on lui proposait un ministère. "Ce stade", c'est exactement 7 heures 55, heure de Paris. Sur RFI, Frédéric Rivière a arraché non sans mal cette réponse à son invité, et on croit comprendre qu'à 8 heures 02, ou à 9 heures 16, et si Valls insistait un peu, la réponse pourrait être différente. Car Rugy ne décolère pas contre la décision de la direction d'EELV de refuser tout ministère, et d'exclure du mouvement quiconque enfreindrait la règle. Elle était si belle, la proposition de Valls-le-Vert : un grand ministère de l'environnement (incluant l'énergie et les transports, a détaillé la veille la députée Barbara Pompili au Grand Journal), chargé de préparer la loi sur la transition énergétique. Et ce n'est pas tout. Une cuillérée de proportionnelle aux prochaines législatives, une pincée de décentralisation, et un peu de poudre de pacte de solidarité. N'en jetez plus !

Rugy n'est d'ailleurs pas le seul à ne pas décolérer. Du concert de l'info continue, sourd l'éternelle petite musique de l'irresponsabilité, de l'immaturité, de l'infantilisme, des Verts, qui ne comprendront vraiment jamais comment ça marche chez les grandes personnes. Prenez Ruth Elkrief, la voix meublante permanente de BFM. Elle n'en revient pas, de ce refus des Verts. Pensez donc : Valls leur consacre une heure entière. Et ils osent lui parler d'autre chose que d'écologie. Ils osent lui parler d'Europe, de pouvoir d'achat, de pacte de solidarité, peut-être pire encore. "Leur rôle est tout de même de s'occuper un tout petit peu d'écologie" fulmine la journaliste ! Traitres, les Verts ! Traitres à la transition écologique, qui n'a pas de supportrice plus fervente que Ruth Elkrief. Et elle n'est pas seule. Emmanuelle Cosse donne-t-elle une interview au Monde, pour expliquer les raisons de ce refus ? Ces explications sont qualifiées de "très alambiquées" par un rédacteur en chef du journal, tweetant l'interview de Cosse.

Personne pour envisager une hypothèse bien plus simple : du sabotage par l'indifférence du grand débat sur la transition énergétique, au lourdage de Delphine Batho, Hollande ayant fait la preuve de sa radicale indifférence à l'écologie, les Verts, dans un sursaut de lucidité, ne souhaitent pas être associés au désastre qui s'annonce. Et estiment être en mesure d'influer davantage de l'extérieur que de l'intérieur, analyse qui mérite au moins d'être écoutée.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.