Val, Pommier, et la "hiérarchie"
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Val, Pommier, et la "hiérarchie"



Il fallait en avoir le coeur net.

Illustration insolente de Louison pour Marianne2

Et prendre au mot le nouveau directeur de France Inter Philippe Val. Si Val, donc, a inauguré son mandat par l'annonce-express de l'éviction du titulaire de la revue de presse de 8 heures 30, Frédéric Pommier, ce n'est pas parce que ce dernier avait outrageusement cité Siné Hebdo (au détriment de Charlie Hebdo, organe central de l'humour officiel, dont Val reste actionnaire). C'est pour cause "d'absence de sens de la hiérarchie de l'information". Diantre ! L'affaire est donc grave. Le matinaute, qui aime se faire une idée par lui-même, aura donc attentivement écouté ladite revue de presse de Frédéric Pommier.

Et, sans vouloir jouer au rapporteur, il faut bien, dans cette douloureuse affaire, donner raison à la grande clairvoyance du directeur-actionnaire Val : ce Pommier n'a aucun sens de la "hiérarchie de l'information". Au lendemain de l'historique discours sarkozyen de Versailles, alors que Mougeotte, dans Le Figaro, parmi bien d'autres éditorialistes extasiés, salue "un souffle d'une indéniable hauteur de vues", commencer une revue de presse par d'interminables citations d'écrivains iraniens en exil, témoigne d'une absence totale de sens politique. N'en venir à l'événement de Versailles qu'à 8 heures 35, après ces cinq minutes de lèse-majesté, est impardonnable. Et ne mentionner le "grantemprunt" qu'à 8 heures 37, après avoir osé évoquer les somnolences de la Première Belle-mère pendant le discours du Premier Gendre, frise la provocation.

Certes, (pour tenter de se racheter ?) Pommier a soigneusement évité le sujet Pommier, qui emplit les colonnes médias des quotidiens, et bruisse sur la Toile. Mais nul ne sera dupe, et certainement pas le directeur Val : si Pommier a évité le sujet Pommier, ce ne peut être que pour souligner en creux que certains sujets sont désormais tabous sur l'antenne de France Inter, et amener ainsi à douter de la grande tolérance du directeur Val. Nul doute que cette nouvelle inconvenance sera réprimée comme il convient.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.