Un miracle Obama ?
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Un miracle Obama ?

C'est l'éternel mouvement de balancier
 

auquel, matin après matin, nous soumet le moment Obama. Assourdis par le vacarme des hyperboles et des superlatifs, on a des envies d'exil sur Mars. Et simultanément, sous ce tumulte, subsistent la veilleuse irréductible du merveilleux, et l'éclat d'une certaine forme de miracle.

Miracle ? C'est le mot choisi par l'écrivain antillais Patrick Chamoiseau, dans une interview à Mediapart. "L'élection d'Obama est un miracle, c'est à dire un acte poétique dans un espace politique et social", dit Chamoiseau, qui publie une adresse à Obama, "l'intraitable beauté du monde" (Ed. Galaade). Et l'on sait qu'il a trouvé le mot juste. Ce visage, cette silhouette, ce sourire, cette déchirure de l'éternel tissu habituel, et cette recomposition instantanée de toutes autres images autour de lui, oui, on peut appeler cela un acte poétique.

"Le pouvoir d'Obama est dans l'éclair d'imprévisibilité" renchérit une voix, dans les salles de bain du matin (exactitude de la citation non garantie). Cette voix inhabituelle est celle d'Edouard Glissant, co-auteur du livre, invité d'Elkabbach. Un poète chez Elkabbach, au même micro où se succèdent habituellement les ministres péremptoires, et les doctes experts. Un poète qui ne prétend rien savoir, rien prévoir, mais s'accroche simplement aux mots que font danser les images. Des mots, à cet instant, en ce lieu, qui ne recherchent pas la reprise AFP, mais ne chassent que leur propre musique. Serait-elle sans lendemain, cette substitution aura déjà été une certaine forme de miracle.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.