Tron : comment se construit une indignation sur Twitter
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Tron : comment se construit une indignation sur Twitter

Parmi les journalistes de la presse nationale qui suivent le procès de Georges Tron et Brigitte Gruel

, se trouve Marie Barbier, journaliste à L'Humanité. Elle a décidé de le live-tweeter. Exercice d'une redoutable efficacité, qui place le twittos au coeur de l'action, lui permettant de suivre les échanges comme s'il y était. Plusieurs de ses tweets, citant des relances apparemment dédaigneuses et impatientes du président des Assises, Régis de Jorna, adressées à une des deux victimes de Tron, Virginie Ettel, ont suscité des réactions immédiates et indignées d'association féministes.

Le tweet ci-dessus, par exemple, a été re-tweeté 96 fois, et "aimé" 46 fois.

Mais c'est un autre tweet de Marie Barbier qui a battu le record de "J'aime" et de retweet : celui où elle traduit la réaction du public à la conduite du président : 153 retweets, et 375 "J'aime"

 

Dans son compte-rendu rédigé, plus long, publié sur son blog, Marie Barbier met aussi en relief un autre élément de l'audience. Plutôt que de laisser Virginie Ettel raconter son viol à la barre, le président a choisi de lire sa déposition devant la police, entrecoupant cette lecture de simples questions à la victime. Sur le plan de la confiscation de la parole des victimes de viol, on peut considérer que ce choix-là (la lecture par le président, plutôt que le récit par la victime) est au moins aussi grave que les petites interjections impatientes dont, sauf à être dans la salle, on ne sait pas sur quel ton exact elles ont été prononcées, ni quel sentiment elles traduisent exactement. C'est un choix technique, dont on pourra ultérieurement débattre, en se fondant sur un fait solide, incontestable. Pourtant, le tweet de Marie Barbier relatant le fait a été infiniment moins re-tweeté que l'exposé subjectif de l'atterrement universel (13 retweets et 22 J'aime). Les lecteurs et lectrices n'en ont pas été indigné.e.s. (et pour tout dire, à la lecture de son live-tweet, je ne l'avais pas repéré moi-même). Micro différence, mais qui permet de mesurer comment se construit, et ce que vise, une indignation sur Twitter.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.