Résultats de la primaire : au Goulag, le PS !
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Résultats de la primaire : au Goulag, le PS !

Au Goulag, les responsables de la primaire PS. Au Goulag, boulet au pied, et corde au cou !

Pas de pitié. C'est l'éditorialiste politique d'Europe 1, Antonin André, qui s'est découvert un magnifique sujet d'indignation et, au micro de la station de Lagardère, appelle à la déportation immédiate des éléphants socialistes vers les mines de sel. " Dans n'importe quelle démocratie digne de ce nom, cette élection serait annulée. On se croirait revenu au temps des Républiques de l'Est soviétique". C'est sans doute bon pour l'audience, en chute libre, de la radio qui vient de virer Elkabbach.

Que s'est-il passé ? L'affaire a été suivie à la loupe, toute la journée de lundi, par nos décodo-désintoxiqueurs préférés (ici et ici). Sommé de livrer au plus vite les chiffres de la participation à la primaire qu'on ne ne sait plus comment appeler, le président du comité d'organisation, Christophe Borgel a fourni, lundi matin, un chiffre actualisé : 1,6 million de votants (ce que André traduit : "le PS a gonflé la participation de 352 000 voix"). Le chiffre n'est pas encore définitif, les problèmes de comptage sont multiples, mais l'info continue n'attend pas. Accessoirement, c'est un four, mais on aurait pu craindre pire.

Sauf que pour fournir au plus vite ce chiffre actualisé aux medias, les résultats par candidat n'ont pas été, eux, livrés précisément, les pourcentages affichés de chacun des candidats restant les mêmes qu'avec le chiffre de participation de la veille au soir. Ce qui, bien sûr, n'échappe pas à l'oeil d'aigle des décodo-décrypteurs. "Un bug" se défend d'abord Borgel, avant, au fil d'une journée haletante, de concéder l'erreur humaine, et de dépublier (tardivement) les pourcentages mensongers. En tout état de cause, une stupidité, confondante d'amateurisme. Mais peut-on parler d'une tentative de fraude ? Alors, elle serait suicidaire, tant elle serait repérable, de loin par temps de brouillard.

Mais peu importe. Le PS a un lourd passif de fraude électorale dans ses congrès, et notamment au congrès de Reims de 2008 (dossier complet ici), qui avait vu la bataille Aubry-Royal, et auquel le même Antonin André avait consacré un livre. Le PS a beaucoup tripatouillé, il peut donc tripatouiller une fois encore. Au Goulag, donc ! Et sans procès.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.