Persistance rétinienne
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Persistance rétinienne

Ouf ! C'est fait. Avant tout, ayons une pensée compatissante pour nos confrères du
Figaro: les six ne se sont pas entretués. Pas de sang sur la table. Pas de mort sur le tapis. Infortuné Mougeotte. Tout ça pour ça ! Avoir tant investi en titres meurtriers, en pronostics alarmistes, s'être si bien évertué à affûter les couteaux, pour cette discussion pépère entre camarades. Délicieux Figaro qui, dans cette affaire, malgré tout, joue toujours gagnant. Que le débat soit calme, et il est "ennuyeux". Qu'il s'anime, et Le Figaro relèvera que les candidats "se déchirent". Une escarmouche entre Aubry et Hollande sur le ryhme de sortie du nucléaire, et Le Figaro notera qu'ils ont "laissé éclater au grand jour la rivalité sourde qui les opposait". Remarquable clairvoyance des analystes de Mougeotte.


Faut-il dire un mot de la tentative Libye ? C'était un curieux calcul, que celui de Sarkozy, décrypté par lémédias-qui-ne-sont-pas-dupes-quoiqu'ils-en-aient-l'air, de tenter de concurrencer, avec des images libyennes, le premier débat de la primaire socialiste. Oublions le côté voyou du procédé. Considérons de bonne guerre cette guerre pour le temps de cerveau disponible. Considérons qu'il est normal que Sarkozy récupère, à son profit de candidat, une guerre menée avec l'argent du contribuable (y compris du contribuable disposé à voter socialiste). Considérons acceptable qu'il touche ses dividendes, en programmant sa visite le jour du premier débat de la primaire.


Ne nous attardons pas sur le terrain de la morale. Parlons efficacité. Mais que croient-ils, ses spin doctors ? Croient-ils que deux minutes d'images, en début de journal télévisé, peuvent rester imprimées dans l'esprit du télespectateur, pour une durée plus longue que leur instant de diffusion ? Croient-ils qu'elles peuvent conserver un quelconque impact le lendemain matin ? Un bain de foule de Sarkozy à Benghazi (comme d'ailleurs un débat entre candidats socialistes): quelle est la durée de persistance rétinienne de la scène ? Cinq minutes ? Dix minutes ? Ce n'est pas seulement une manoeuvre, mais une manoeuvre de desperados.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Avant Macron à Whirlpool, Jospin face à l'ouvrier de Lu

Politiques et ouvriers licenciés : rencontres à haut risque

Sous-marins : les médias à la remorque de leurs gouvernements

Les médias français crient à la trahison, la presse US se frotte les mains, etc

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.