Nucléaire, par où la sortie ?
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Nucléaire, par où la sortie ?

Connaissez-vous le nom de Thierry Salomon ?

Moi non plus, jusqu'à hier. Thierry Salomon est le président du réseau "Negawatt", un réseau d'ingénieurs qui, depuis 2003, travaillent à l'élaboration d'un scénario de sortie de la France du nucléaire. Le Monde d'hier consacre une pleine page (réservée aux abonnés) à ce "scénario", sous la signature de Hervé Kempf. Si Kempf, bon spécialiste, a eu recours à Salomon, on peut donc en déduire que Salomon et son réseau Negawatt sont, en France (et peut-être même dans le monde) aux avant-postes de la recherche sur les énergies de substitution au nucléaire. Et pourtant, une recherche Google news sur le nom de Thierry Salomon ne livre rien, ou pas grand -hose, ce qui donne une idée du haut intérêt médiatique (y compris ces derniers jours) pour les réflexions concrètes, chiffrées, sur les possibilités de sortie du nucléaire.

Je ne vais pas vous résumer le scénario de Salomon. Achetez Le Monde, pour une fois (il est encore en vente ce matin à Paris, toute la journée en province). En gros, le scénario Negawatt repose sur trois piliers: sobriété énergétique, efficacité énergétique, et énergies renouvelables. Au premier chapitre, Kempf donne l'exemple de la suppression des pubs en vidéo dans le métro parisien (j'espère, je veux croire, je suis certain, qu'il ne s'agit là que d'un exemple pédagogique, compréhensible par tous, et que la palette des mesures proposées est beaucoup plus étendue). Au dernier chapitre, le plus attendu par les sceptiques et les ricaneurs ("alors, vous le remplacez par quoi, le nucléaire ? Les gaz de schiste ?"), Negawatt compte sur l'éolien, le photovoltaïque, et la biomasse. Au total: sortie possible aux alentours de 2050.

Que vaut ce scénario ? Je n'en sais rien. Je ne suis pas expert. Kempf lui-même formule d'ailleurs une sobre réserve, écrivant que ce scénario "a le mérite d'être sur la table", manière polie de dire qu'il est améliorable ou, plus crûment encore, qu'à ce stade il n'est que le début de l'ébauche d'un commencement de réflexion. Peu importe. Cette réflexion est urgente. Bien plus urgente, me semble-t-il, que de s'empailler sur le referendum, ou sur l'indécence. Elle était d'ailleurs déjà urgente avant Fukushima mais au milieu, comme toujours, de tant d'autres urgences...

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.