Noël avant Noël : l'extraordinaire jouet Baroin
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Noël avant Noël : l'extraordinaire jouet Baroin

Tiens, on dirait que la bulle frémit, dans son monde parallèle. Elle tremble d'excitation contenue. Enfin un nouveau joujou, c'est Noël avant Noël ! Et quel jouet extraordinaire ! Comme celui de Claude François, il fait zip quand il se penche sur le délaissement de la ruralité, paf quand il fait une oeillade à la caméra, et prrr quand il bâche gentiment Macron au Congrès des maires de France, dont il est président. Le nouveau doudou, on l'a compris, s'appelle François Baroin, maire de Troyes, tamponné-certifié aux normes Chirac, et sacré aujourd'hui par une fulgurante opération médiatico-sondagière meilleur espoir de la "droite modérée" pour 2022.

La recette est brevetée, depuis DSK ou Juppé, en passant par Macron lui-même : à l'origine est un sondage, puis des éditos, et des reportages. Les éditos (comme celui de L'Obs, titré sans rire sur le "duel invisible" entre Baroin et Macron) nourriront un prochain sondage, lequel suscitera de nouveaux éditos. Si vous voulez comprendre comment fonctionne la mise sur orbite, par ce qu'il faut bien appeler, faute de mieux, le Système, d'un produit politique, observez bien l'opération Baroin. Ce sera un exercice grandeur nature.

Le sondage a été réalisé par le sondeur Odoxa Dentsu, pour Le Figaro et France Info, au lendemain du Congrès de l'Association des Maires de France. Il porte sur "les réactions des Français au discours d'Emmanuel Macron" (on y apprend incidemment que seuls 15% des Français ont entendu ce discours, en totalité ou en partie, pire score jamais réalisé pour un discours d'Emmanuel Macron). Mais ce n'est pas sur cette question que se sont précipités les éditorialistes. C'est sur "le duel" Macron-Baroin, lequel a tourné à l'avantage du second, jugé "plus compétent" et "plus proche des gens" que le titulaire du poste, ce qui ne constitue pas un véritable exploit. 

A peine le sondage paru, un édito vibrant d'espérance de Thomas Legrand salue "une offre politique qui soudain a un sens", car "ne chassant pas sur les terres du RN" et (attention c'est l'essentiel) "ouverte sur le monde". Mise à feu réussie. Elle laisse écrasés au sol les rivaux potentiels de la droite "modérée", les Bertrand et autres Pécresse. Sans trop m'avancer, je crois pouvoir prédire que les jours qui viennent seront, dans ce monde parallèle, blonds, et bien coiffés.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.