Niniste du foot
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Niniste du foot

Tout ayant déjà été dit, redit, et répété, à l'heure où j'écris, sur la Grande Exultation Nationale, je voudrais partager ici une expérience singulière : celle de regarder une retransmission sportive en direct avec trente secondes de différé. C'était possible hier soir si l'on regardait la demi-finale France-Belgique non pas sur la chaîne, mais sur le site de TF1, qui le retransmettait avec un décalage, donc, d'une trentaine de secondes (pourquoi ? Mystère. Mais ce n'est pas le sujet).

Regarder le match sur son smartphone, comme sur un écran de contrôle, permet aux éternels indécis de conserver cette position de ni-ni qu'ils affectionnent. Ni tout à fait dans le communion nationale, ni tout à fait exclus. Ni tout à fait captifs, ni tout à fait grincheux. Diner paisiblement, hors de toute excitation, ET être certain de ne pas rater une action décisive, un tour de passe-passe de MBappe.

Par les fenêtres ouvertes de l'été, pénètrent les subtiles variations de la Grande Clameur Nationale : avec un peu d'expérience, on reconnait l'occasion manquée, l'occasion adverse, ou, extase, le buuuut. On peut alors tranquillement regarder l'action, en en connaissant déjà l'épilogue. C'est un plaisir pervers, j'en conviens, mais à chacun sa perversité.

Ce faisant, le niniste du foot plonge son cerveau dans un étonnant décalage cognitif. Qui croire, dans les moments d'actions, entre l'excitation des commentateurs de TF1, et le silence morne des fenêtres voisines, qui vous avertit que non, cette action n'aboutira pas ? Ce sont les fenêtres qui ont raison, évidemment : elles ont trente secondes d'avance. Et pourtant, le cerveau, ce grand niais, ne peut s'empêcher de prêter une oreille attentive à l'excitation des commentateurs, et à suivre passionnément l'action, en espérant avec eux. Savoir, et ne pas croire à ce que l'on sait : je me tiens à la disposition des neuroscientifiques qui souhaiteraient davantage de détails sur les protocoles de l'expérience.

Champs Elysées


Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.