Le MOX, la sécu, et l'air du temps
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Le MOX, la sécu, et l'air du temps

Tiens, un test. Très peu scientifique.

Etabli avec les instruments de l'institut d'études d'opinon d'@si: un doigt de matinaute, trempé dans le café. Soit deux couacs. Un à gauche, un à droite. A gauche: le couac sur la filière MOX, entre le PS et les Verts. A droite: le recul gouvernemental sur une quatrième journée de carence pour les salariés du privé en arrêt-maladie. Faites-vous d'abord, tout seuls comme des grands, votre propre opinion sur la gravité respective de ces deux couacs. Je n'interfère pas. Maintenant, demandez-vous: duquel de ces deux couacs avez-vous davantage entendu parler, sur vos radios et vos sites préférés ? Hein ? Lequel des deux a fait le plus de "buzz" ? Poser la question, c'est y répondre. C'est bien simple, si Ségolène Royal, ce matin, n'avait rugi cette quatrième journée de carence dans les bronches d'Elkabbach, moi-même, je serais passé à autre chose.

Reste à expliquer pourquoi. L'explication du sarkozysme des médias ne tient plus. Elle était valable en début de quinquennat, mais elle ne tient plus. Ils n'aiment rien tant que piétiner Sarkozy à terre. Ils adorent. Ca les venge. Il faut donc en revenir aux vieilles explications: leur soumission, structurelle, à l'air du temps. Or, l'air du temps est à la remontée de Sarkozy. Ecoutez la polyphonie: il remonte, et Hollande dévisse, répètent les commentateurs professionnels de sondages (en ne rappelant que pour la forme, au bas des articles, un détail sans importance: Hollande reste toujours vainqueur au second tour, avec 58% environ). La séquence est toujours la même: éditorialistes, intervieweurs du matin, faiseurs de couvertures des hebdos, tous les artisans de "l'air du temps" (dans un souci de rationalisation, ce sont d'ailleurs souvent les mêmes) ont l'oeil fixé sur les sondages politiques. Tout ce que vous lisez, ce que vous entendez, sur "l'air du temps politique", n'est que mise en musique des sondages. Lesquels sondages sont d'ailleurs "redressés" par leurs fabricants, de manière délibérément opaque, en fonction de critères sophistiqués, parmi lesquels "l'air du temps", justement. Mais je n'insiste pas, je craindrais de me répéter.

L'air du temps étant donc à la remontée de Sarkozy, tout couac dans le camp sarkozyste sera donc mécaniquement minimisé, en vertu d'un algorithme que je ne désespère pas de découvrir un jour, ce qui permettrait à votre site préféré d'acquérir enfin un matériel de pointe. En attendant, contentons-nous de continuer à observer, avec les instruments à notre disposition (qui ne sont pas forcément pires que les autres).

Couverture d'hebdomadaire français, fin 2011. Définissez en quelques lignes son rapport à l'air du temps.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.