Impuissance médiatique à Marseille
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Impuissance médiatique à Marseille

Benoit Gilles est journaliste à Marseille, pour le site indépendant Marsactu (nous vous en avons souvent parlé, par exemple ici). Dans une série de trois articles, Vivre à Noailles, il avait raconté en 2016 la vie du quartier où deux immeubles se sont effondrés le 5 novembre, au 63 et au 65 rue d'Aubagne, faisant huit morts, et déclenchant à Marseille un séisme politique.

Benoit Gilles est donc celui qui a crié dans le désert. Et c'est pourquoi il est là, maussade, désespéré, devant Marie Piquemal, la consoeur chargée de dresser son portrait pour la dernière page de Libé. Un portrait ? Avec ma femme, mes enfants, mes études ? Quelle drôle d'idée,  quelle idée de journal parisien, pense Benoit Gilles, si fort que ça ne peut pas ne pas s'entendre jusque dans les paragraphes dudit portrait. D'autant que Marie Piquemal ne cache rien des réticences de son sujet, et en fait même l'angle de son papier, citant largement son confrère : «Tu donnes l’alarme, tu penses faire œuvre utile en écrivant et, à la fin, il y a des gens qui meurent. A quoi ça sert ce qu’on fait ? Pourquoi on écrit ? Des personnes sont mortes, putain. Et moi, je suis là à parler à Libé aujourd’hui, à BFM hier parce que je l’avais écrit deux ans avant. Mais à quoi ça sert ?»

A priori, je serais plutôt d'accord avec Benoit Gilles. Comme si c'était l'urgence, de faire le portrait d'un journaliste, plutôt que d'enquêter sur l'agonie du système Gaudin ! Et puis, je lis l'article de Benoit Gilles, en 2016, sur "La lutte sans fin contre l'habitat indigne". Il est ici. Après un saisissant début dans les cages d'escalier moisies des taudis à l'abandon, il se perd dans les méandres de la technocratie de la rénovation urbaine. Au total, une excellente enquête, très complète, mais dont je dois bien constater qu'elle m'indigne moins que le futile portrait de son auteur désespéré. Pourquoi ? Faut-il en conclure que l'expression de l'impuissance, parce que plus rare, est finalement plus mobilisatrice que l'expression de l'indignation ? Impuissant au carré, je remets cette constatation entre les mains de mes lecteurs, et lectrices.

Benoit Gilles


Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.