France 2 et le contrôle des chômeurs : restons factuels
Le matinaute
Le matinaute
chronique

France 2 et le contrôle des chômeurs : restons factuels

Le 20 Heures de la télévision d'Etat s'est glissé "au coeur de la cellule de contrôle des chômeurs". Car, le saviez-vous, ce contrôle des chômeurs a un coeur, et ce petit coeur palpite "dans un bâtiment anonyme à Nancy", sans bureau d'accueil, où travaillent quatre contrôleuses, "des volontaires formées pour détecter les chômeurs qui ne cherchent pas activement un travail".

Renforcé par un décret le 31 décembre dernier, ce contrôle demeure tout sauf inhumain. Après ouverture d'un dossier (42% par tirage au sort, 49% sur critères, 9% sur dénonciation d'un conseiller), un questionnaire est envoyé au  chômeur, avec des justificatifs à fournir, prouvant qu'il recherche activement. Si le dossier reste "suspect", le contrôleur prend son téléphone. Si à l'issue de cette investigation téléphonique, le contrôleur n'est toujours pas convaincu, le chômeur écope d'un avertissement. Quinze jours lui sont alors laissés pour fournir les justificatifs. Faute de quoi, ses indemnités sont suspendues pendant un mois. Dispositif ratifié par le légendaire micro-trottoir "50/50" de France 2 : si un jeune chômeur nancéien interrogé convient "qu'on est là pour chercher du boulot", une autre trouve les sanctions "un peu sévères".

Bref, un reportage "'neutre" sur le contrôle des chômeurs. Factuel. Rien à reprocher à cette peinture du dispositif. France 2 ne traite pas explicitement les chômeurs de feignants, ni d'assistés. France 2 ne dit pas qu'ils coûtent un pognon de dingue, ni qu'ils n'ont qu'à traverser la rue pour trouver du boulot. Sur les 12 000 contrôles réalisés chaque mois en France, seuls 12% des chômeurs sont sanctionnés, note France 2 pour terminer sur une note objective. Tant qu'à rester dans le factuel, France 2 aurait aussi pu rappeler que 86% des chômeurs recherchent activement du travail, ou bien donner une idée du montant des fraudes sociales en France, comparé à celui de la fraude fiscale. C'était tout aussi factuel.

fraude sociale fraude fiscale
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.