Ford : Poutou, l'indigné-résigné
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Ford : Poutou, l'indigné-résigné

Réservé à nos abonné.e.s

"Est-ce que vous diriez que vous vous sentez plus proche de Bruno Le Maire que du patron de Ford ?" demande Léa Salamé à Philippe Poutou. Poutou rigole. Amèrement. Car le sort des quelque 800 salariés de son usine de Blanquefort, en Gironde, semble maintenant scellé. "On ne travaille plus beaucoup" répond-il à Salamé, qui a annoncé qu'il "partait au travail" après l'émission.

Dans l'irréprochable ballet qui s'achève, tout le monde a joué son rôle. Ford, pour se conformer à la loi Florange, a fait semblant de chercher un repreneur. Le repreneur choisi (Punch Powerglide) a fait mine de vouloir vraiment reprendre. Le ministre Le Maire, à l'Assemblée, s'est déclaré "écoeuré" par Ford, qui refusait de le prendre au téléphone.

Proche de Le Maire ? ...

Il vous reste 72% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.