Exit tax : du chocolat dans le brasier
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Exit tax : du chocolat dans le brasier

Partager cet article Commenter
29
29 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

Exit tax : du chocolat dans le brasier

Commentaires préférés des abonnés

Quand j'enseignais l'économie et la finance, un investisseur, c'était celui qui faisait un investissement.


Comme beaucoup, le prince-président, ci-devant employé d'une banque d'affaires, semble confondre investisseur et spéculateur. 

Une fois de p(...)

Un brasier ? Quel brasier ? Il y a seulement un petit feu qui court sous la cendre,  Un petit feu qui ravage toute la société, petit à petit, insidieusement. Ce feu s'appelle néo-libéralisme. C'est le retour aux vieilles valeurs des riches qui l(...)

Oui mais oui mais... On pourrait opposer qu'entre les 50 et les 800 millions, il y a une logique : c'est que l'exit tax rapporte peu (enfin bon, si on est prêt à cracher sur 50millions, c'est que la France ne va pas si mal... Austérité, vous dites ?)(...)

Derniers commentaires

Bon je suis pas expert mais il me semble que si la taxe rapporte si peu, c'est peut être parce-qu'elle est très dissuasive, non ? Ce qui indiquerai qu'elle est utile, contrairement à ce que M. Macron et autre veulent nous faire croire.

Je me permet de remettre en cause l'analyse de cet article.

Certes, il faut reconnaître le flou des sommes récoltées par ces taxes sur les "riches" (ISF, Exit tax).

C'est un point.

Mais, reconnaître que si cela ne rapporte pas beaucoup à l'état, il faut par conséquent se demander:

- pourquoi les supprimer si elles gênent si peu (mise à part si l'on croit à la théorie du ruissellement)?

- pourquoi les supprimer si elles rapportent tout de même une certaine somme, qui ne sera pas à extorquer au reste de la population? Cela par différentes manœuvres que nous connaissons bien: économie sur les services publics, usage d'un chiffon rouge ou hareng fumé: la dette, transfère de responsabilité de la dette sur la population et j'en passe et des meilleurs...

Sinon, l'argumentation de l'article de Marianne est intéressante:

Est-ce que le fait que les sommes générées par l'exit tax n'est pas le résultat dissuasif de cette taxe?

Cela reste hypothétique.


Si cet homme maîtrise les symboles, et on peut penser que c'est le cas, il est en conflit symbolique, il ouvre tous les fronts, quitte à passer les faits à la trappe sans vergogne, quitte à faire passer Chirac pour un menteur ordinaire.

C'est une guerre totale, et il est persuadé qu'il va la gagner, car il sait, il veut, et donc il peut. C'est probablement cet hybris sans limite qui est le pire ennemi de sa redoutable habileté - il sait comme personne semer la confusion et foncer dans le brouillard créé.

"l'exit tax ne rapporte quasiment rien" est-il écrit. Mais l'SF ne rapportait pas beaucoup plus ... Je ne vois pas l'intérêt de cette chronique. Elle fait l'impasse sur le fait qu'il s'agit d'impôts symboliques, au delà de la froideur des chiffres. Comme si les détenteurs de richesses, entrepreneurs ou investisseurs avaient besoin d'un signal de plus pour leur monter qu'on les soutiens. Cette chronique pourrait être reprise in-extenso par Macron lui-même. On est loin  ici d'une critique médiatique.

À lire, une explication sur Marianne, pour voir si c'est vraiment une mesure en chocolat comme prétend DS :


Il ne faut pas s’étonner du faible rapport de cette taxe. Si on veut voir le côté positif, cela traduit l’aspect dissuasif financièrement pour les candidats au départ.

[…]

Tout cumulé, la menace s'élève à 2,5 milliards d'euros.

[…]

Mieux, l’enjeu va au-delà de ces 2,5 milliards. Comme nous l’a confirmé un magistrat de la Cour des Comptes, ce montant n’a trait qu’aux prélèvements fiscaux. Il y en a encore pour près d’un milliard au titre des prélèvements sociaux pour la même période, lesquels obéissent à la même règle du sursis. C’est donc un montant de 3,5 milliards d’euros qui est en sursis. Surtout que c’est l’Etat qui avance l’argent.


Groooos chocolat !

Vous pouvez cédez à l’indignation mécanique que vous craignez tant, DS.

Mais, c’est certain, quand on a voté Macron au deuxième tour, il reste toujours un brin d’aveuglement et d’auto-justification masquée…

Esprit de l'escalier.

Sur la couverture du magazine présentant notre prince-président, je lis " I want this country open to disruption"

Je ne suis pas angliciste de naissance mais je me soigne. 


Je suppose que quand il dit "this country" il parle de son pré carré c'est-à-dire nôtre pays.


Là où ça cloche, c'est sur "disruption".  Déjà avant de passer le bac, j'avais appris que "disruption" signifiait une rupture violente. 

J'ai trouvé dans un dictionnaire récent la traduction  "perturbation".


En gros, the disruption, c'est la perturbation, le bazar, le chaos, la chienlit. 

Et que veut notre prince-président ? Il veut ouvrir son pré carré, notre pays, au bazar, au chaos, à la chienlit.


Vaste programme, aurait dit le général, qui s'y connaissait en matière de chienlit.


Dès lors, on ne comprend plus bien les cris d'orfraie des Huns et Dézôtres quand quelques Black-blocks font joujou.

Que font-ils en effet, sinon ouvrir le pays à la "disruption" ?



Mettons X.

X est assujettit à l'Exil Tax.

X est fort embêté. Ses amis W, Y et Z aussi.

Que fait X ?

Il donne une interview à F en douce, et ...


Mais tout cela n'est qu'une fumeuse hypothèse.

 

On va bien s'amuser aux prochaines élections présidentielles...

Erreur factuelle dans le billet : l'exit tax ne concerne que les personnes dont la valeur de l'entreprise (des actions) dépasse 800.000 euros. Ils paieront 34% des plus-values effectuées au moment de la transaction de cession, c'est-à-dire des bénéfices. 


Exemple concret : mettons que je possède une entreprise française valorisée à 1 million d'euros. Je veux la vendre. Je ne veux pas payer d'impôts sur cette transaction, parce que je n'aime pas les impôts. Je vais en Belgique, où ces transactions sont détaxées. Le fisc français est aujourd'hui en droit de me demander 34% des plus-values latentes réalisées (donc différence entre le prix d'achat et de vente). Si j'ai acheté l'entreprise 600.000, j'ai fait 400.000 euros de plus-value à la vente, et je dois donc : environ 136.000 euros au fisc. Je conserve quand même 264.000 euros de gains nets, ce qui n'est pas négligeable.


L'exit tax est un mécanisme fiscal recommandé par la Commission européenne, dans la directive ADAT de 2016, pour lutte contre l'évasion fiscale. Elle est par ailleurs appliquée par les USA (plus durement que chez nous) et par l'Allemagne. 


Il n'y a vraiment aucune raison, au regard du bien public, de supprimer cette taxe juste et consensuelle. Ce n'est vraiment qu'un cadeau fait aux ultra-riches.

Mais non, tous starteupeurs ne sont pas des vampires...


Le sang des bêtes qui grouillent à marée basse...


Un jour, il y a quelques années, mon père, et quelques autres, ont été convoqués en mairie par le maire qui voulait nous présenter un nommé Franck Zal, qui désirait nous causer. Il voulait nous acheter, ou nous louer, quelques une de nos terres donnant sur la mer. Il voulait y mettre des bassins pour élever des vers marins dont le sang non groupé permet de se substituer au sang humain. Ce biologiste nous a joué le grand jeu du gars soutenu par des "bizness angels", de l'US Air Force qui avait pris langue avec lui (Il a ouvert depuis des bureaux à Boston), de son associé ostréiculteur qui allait gérer tout ça, etc. Tout était bien parti jusqu'au moment où devisant sur plans, le maire identifia une mince bande grisée pouvant constituer une "zone humide" (Un trop plein de ruisseau, en fait). Je ne sais si cela entraîna l'échec du projet, en tout cas Zal finit par installer son truc à Noirmoutier... Jusque là il importait ses vers de Hollande, et même d'Australie. Sans doute que l'écologie la plus basique a empêché la science la plus humaine de créer quelques emplois là où seule l'armée donne du travail aux gens.  Un sang non groupé est intéressant sur un champ de bataille, de par les problèmes de compatibilité résolus. Pour le moment on ne s'en sert que pour le conditionnement des greffons.

Sortant de la réunion mon père et moi tombions d'accord sur un truc: Zal était le sosie de François Hollande ! Dont il n'était pas encore question qu'il devînt un jour président...

La marionnette médefienne au libéralisme feutré (rions!!) et revanchard d'une aristocratie affûtant ses ergots sur le dos des pauvres, de ceux qui ne "sont rien", des activistes de tous poils, des pue-la-sueur, des inconnus de l' Exit tax, des ultra-gauche fantasmés que l'on théorise pour les faire exister en un envers orwellien (ah, tatie Michèle Alliot-Marie!!)...des comptes épargne retraite qui exonérera l'Etat de ses devoirs de retraites par répartition...

la marionnette dit, s'agite, abreuve les chiens de garde d'éléments de langage dictés par les communicants du vulgaire patronat consanguin du XIXième...et les plumitifs du micro ayant vendu l'acide nécessaire au recul et à l'analyse pondent leur oeuf.


Dis Maître, il est pas beau mon oeuf?


Que de rêves tournent ma tête!

Nous vivons une époque formidable.

Oui mais oui mais... On pourrait opposer qu'entre les 50 et les 800 millions, il y a une logique : c'est que l'exit tax rapporte peu (enfin bon, si on est prêt à cracher sur 50millions, c'est que la France ne va pas si mal... Austérité, vous dites ?) parce qu'elle dissuade... Et que donc, une fois supprimée, c'est peut-être une bonne partie des 800 millions qui vont échapper à l'impôt (et au pib...) On appelle ça un effet d'aubaine...


Un autre coup de menton envoyé au peuple...

Donc tout va bien et vous recommandez de passer son chemin. Ok, passons le. Mais n’y revenez pas.

Quand j'enseignais l'économie et la finance, un investisseur, c'était celui qui faisait un investissement.


Comme beaucoup, le prince-président, ci-devant employé d'une banque d'affaires, semble confondre investisseur et spéculateur. 

Une fois de plus, un gros foutage de gueule. (Bullshit en bas-breton)


" Etre chocolat " , c'est :

- être sonné, être  K.O

- ne pas avoir ce qu'on espérait parce qu'on a fait confiance, à tort, à  un escroc

Une hypothèse sur la façon de raisonner de Macron :

J'ai le pouvoir, je fais ce que je veux, je me moque complètement de ce que le bas peuple peut penser. Je changerai éventuellement de comportement si 500 000 (1 million, 2 millions ?) de gens descendent dans la rue.


Un brasier ? Quel brasier ? Il y a seulement un petit feu qui court sous la cendre,  Un petit feu qui ravage toute la société, petit à petit, insidieusement. Ce feu s'appelle néo-libéralisme. C'est le retour aux vieilles valeurs des riches qui le sont parce qu'ils sont plus méritants que les autres., que les circonstances économiques et sociales ne sont pour rien dans leur évidente supériorité.

D'ailleurs, à mesure qu'on voit Arnaud Lagardère vendre à l'encan son patrimoine et faire fondre l'immense fortune qu'avait rassemblé son père dans le cadre de sa collusion avec  le pouvoir politique de l'époque, on voit bien que les riches méritent leur richesse. 

Les riches qui ont besoin de dominer, l'animal en eux. 


Mais je suppose que ce que vous appelez, vous , le brasier, ce sont les polémiques sans fin qui vont en découler : flammèches de petit foyer de type germanopratin : "le président est-il celui des ultra-riches ou des riches ?"" Était-ce dans son programme ?" "Quel homme, d'avoir eu cette idée ! C'est merveilleux !"

Bullshit !

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.