De Poutine à Dropped
Le matinaute
Le matinaute
chronique

De Poutine à Dropped

L'entendez-vous, à propos de l'assassinat de Nemtsov, l'assourdissant concert des "c'est Poutine qui l'a tué", et des "Poutine n'y est pour rien" ?

Dans l'homérique combat fratricide de Mediapart contre Mélenchon, ne prenons pas parti. Suivons l'enquête russe. Soulignons-en les progrès, les avancées, mais aussi les insuffisances, les invraisemblances, les manipulations, tout ce qu'on voudra. Résistons aux deux furieuses propagandes, qui veulent faire de Poutine le Diable incarné, ou le dernier Sage de l'histoire. Tentons, en d'autres mots, d'imiter l'exploit des scénaristes de House of Cards qui, dans sa saison 3, réussissent au fil des épisodes à rendre la complexité du personnage. Plus facile apparemment dans une série télé, que dans un suivi au jour le jour.

L'humble et douloureux respect des faits bruts, exigé au sujet de la responsabilité de Poutine dans l'assassinat de Nemtsov, tentons de l'observer aussi à propos de l'accident d'hélicoptères qui a endeuillé en Argentine le tournage du jeu Dropped, de TF1, produit par la société ALP, par ailleurs productrice de Koh Lanta, dont nos lecteurs se souviennent bien. Dix morts, dont trois sportifs français de haut niveau. Est-il besoin de rappeler leur noms ? Ils sont, ce matin, partout étalés. Apprendre ainsi au réveil la fin absurde de Florence Arthaud, qui a tant de fois défié la mort en mer, dans un accident d'hélicoptère !

Avant d'accuser ou de disculper "la télé-réalité" en général, à propos de laquelle on commence à s'écharper comme sur Poutine, attendons donc que progresse l'enquête, notamment autour de la question suivante : pourquoi les deux hélicoptères de la production se sont-ils heurtés, puisque les conditions météo ne semblent pas en cause ? Est-ce la fatalité, ou bien volaient-ils si près, trop près, pour réussir les plus beaux plans, en se filmant l'un l'autre ? On sait bien, ici, à quel point les sociétés de production de télé-réalité sont rétives à l'enquête extérieure, qu'elle soit journalistique ou policière. Un monde clos, avec ses complicités, son omerta, ses représailles envers les bavards. Espérons simplement que ces questions seront posées, et qu'il y sera répondu.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.