Climat : Patrick contre Cohen
chronique

Climat : Patrick contre Cohen

Et pendant ce temps, imperturbablement, la Justice condamne l'inaction climatique de la France, plus précisément son retard en matière de réduction de ses objectifs carbone. L'avez-vous vu ? L'avez-vous su ? Une audience de L'Affaire du siècle s'est tenue le 30 septembre au tribunal administratif de Paris. Ce retard y a été acté, pour la période 2015-2018. La rapporteuse a demandé au tribunal de fixer au gouvernement un ultimatum au 31 décembre 2022, pour redresser la barre.  En juillet, le Conseil d'État avait été plus exigeant : il avait fixé le délai au 31 mars 2022. Pour sa défense, le gouvernement a fait valoir qu'une partie de ce retard a été comblée en 2020 (du fait du confinement, observe néanmoins l'avocat de Greenpeace). Aucune de ces injonctions n'est assortie de sanctions financières, pour le "préjudice écologique" ainsi dénoncé. Le combat judiciaire continue. 

Dans une certaine indifférence. Cette initiative de L'Affaire du siècle, portée par Notre affaire à tous, Greenpeace, Oxfam et la Fondation Nicolas Hulot, qui a recueilli 2,3 millions de signatures, Patrick Cohen, ex-présentateur de France Inter, n'est pas certain qu'elle aurait mérité un sujet dans une matinale radio. C'est ce qu'il a répondu, par réflexe, lors d'un débat sur le sujet, le 30 septembre, aux Assises du journalisme. "Je suis un peu réticent à médiatiser des informations, des actions, purement militantes. Les informations réellement sur la marche du monde, doivent passer avant. Bon voilà, c'est ma conception des choses". Avant de se reprendre un peu plus tard, sur interpellation du rédacteur en chef du site Vert , Loup Espargilière. Se rendant compte de l'énormité de son aveu, Cohen a reconnu avoir été "maladroit".

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.