Celui qui trichait aux cartes, celui qui ne trichait pas
chronique

Celui qui trichait aux cartes, celui qui ne trichait pas

Evidemment, on a promis juré qu'on ne se ferait pas avoir une fois de plus au fol espoir du black blanc beur. Les vieillards qui ont connu 98 savent que les lendemains déchantent. Mais tout de même. Vous souvenez-vous de ce temps, où l'on cherchait à lire sur les lèvres des joueurs celui qui chantait la Marseillaise, et celui qui ne la chantait pas ? Vous souvenez-vous de ce temps-là où, centimètre par centimètre, l'on inspectait l'ouverture des bouches ?

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.