Cas contact : radios sans voix
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Cas contact : radios sans voix

"Bonjour à tous. Léa, vous êtes cas contact, donc le 7-9h vous le faites de chez vous aujourd’hui. Mais avec grand plaisir et tout va bien se passer", lance ce matin Nicolas Demorand, au début de sa matinale, sur France Inter. Si Léa Salamé est "cas contact", c'est parce qu'elle a participé vendredi à l'émission de Laurent Ruquier On est en direct, sur France 2 (émission enregistrée vendredi et diffusée samedi, comme son nom l'indique). Consacrée aux "100 ans de la radio", l'émission a réuni une trentaine de "grandes voix" des radios (essentiellement privées) des quarante dernières années. Et dimanche, révèle Le Parisien, une des "grandes voix" a été dépistée positive. A l'isolement, donc, toutes les "grandes voix", les Calvi, Bourdin, Praud.

Oui, parce que Ruquier avait invité Pascal Praud. Non, pas le Pascal Praud de la télé Mille Collines de Bolloré, celui qui a appelé au harcèlement contre le directeur régional de France 3 à Orléans (la vidéo ici), lequel avait refusé d'ouvrir les antennes publiques à la chroniqueuse bolloroïde Charlotte d'Ornellas (notre enquête est là). Non. Le Praud "grande voix", membre de la grande famille, celle qui s'entredéchire entre amis, et pour qui un appel à la sédition militaire n'est pas une raison suffisante de se fâcher.

Mais pourquoi se fâcher ? Pascale Clark ayant lâché, devant ledit Praud, une allusion désagréable aux velléités de plus en plus précises de rachat d'Europe 1 par Bolloré (résumé : il a dû renoncer dans l'immédiat à un rachat pur et simple, mais les trois postes qu'il a obtenus au conseil d'administration de Lagardère ouvrent la voie à une reprise en main "larvée" selon Télérama, avec émissions communes, etc), Ruquier s'interpose :  "On essaiera de vous réconcilier, les deux Pascal, Pascal et PascalE". Pascale Clark : "On se connaît pas, donc on n'est pas fâchés". Ruquier : "Mais peut-être vous gagnerez à vous connaître. Faut savoir se connaître, dans ce métier. Et ce soir c'est la fête de la radio". Et du virus.


Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.