Cannes : oublier Weinstein !
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Cannes : oublier Weinstein !

Partager cet article Commenter
27
27 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

Cannes : oublier Weinstein !

Commentaires préférés des abonnés

commencez par laisser la place à une femme comme présentatrice de l'émission hebdo  de temps en temps plutôt qu'en assistante de plateau avant de vous offusquer de ce que fait ou non le festival ....  52 émissions ou presque par an, vous po(...)

Est-il permis de penser que les femmes qui cherchent à être l'égale de l'homme manquent d'ambition ?

Approuvé 5 fois

argument fallacieux qui démontre surtout une méconnaissance du sujet : on entend ça partout : au sujet des emplois, de la politique etc.

Derniers commentaires

et dans la vie les femmes de cinquante ans deviennent de putes pour les mâles, des putes gratuites bien sure , mais seulement cela, on n'existe plus pour créer une relation, les mâles aidé du patriarcat se tournent des leur 45 ans vers des jeunes femmes de 8 a 20 ans leur cadette, avec la benédiction de tout les sales types de mais 68, les femmes des trous et les mâles des porcs ? super l'âge moyen patriarcal. Et aucun film pour dénoncer cela, non , plutot des films qui font croire aux vieux mecs que des lolita existent .. Perso jamais vu ou entendu de jeune femme fantasmer sur les vieux a part, Brad Pitt ou Johnny Deep. 

En l'occurrence son argument me semble plutôt recevable. Pour sélectionner des films réalisés par des femmes, encore faut-il qu'il y en ait, et qu'il y en ait en proportion suffisante pour peser face à l'omniprésence du regard masculin.


Le problème se situe donc, à mon sens, en amont.


Il y a une autre statistique intéressante : depuis je crois 70 ans que le Festival de Cannes existe, une seule femme a reçu la Palme d'Or : le leçon de piano, de Jane Campion. C'était il y a 25 ans. Pendant la période sans Palme française, on voyait la presse spécialisée s'en indigner : comment ça, notre cinéma françââââîîîîîis n'est pas primé alors que nous accueillons ce glorieux événement ? Je n'ai jamais entendu grand monde s'indigner de l'absence de reconnaissance institutionnelle des femmes réalisatrices en dehors de quelques milieux féministes asse confidentiels...

Donc un film ne se juge pas à ses qualités intrinsèque mais sur le sexe de celui ou celle qui le réalise ?

"Dans le cinéma, les femmes de cinquante ans ne vieillissent pas, elles disparaissent" lancent Nicolas Demorand et Léa Salamé à Thierry Frémeaux, l



Je suis mal placé pour contredire cette affirmation, puisque je ne fréquente plus les "salles obscures" (sic) depuis un lustre (ou deux).

Mais je pense, parce qu'il m'arrive de penser, que l'affirmation est mal exprimée. 

Dans un monde où les femmes ont été "objectivées" , transformées en objets de consommation, sujettes à date de péremption, les hommes semblent pouvoir vieillir sans souffrir d'obsolescence.


Et je reviens à l'apostrophe de Saint-Nicolas Demorand à Philippe Frémeaux. Si je comprends bien, il est mis en demeure de répondre du fait qu’on ne voit pas beaucoup de femmes de plus de cinquante ans dans les films qui sont vus (je ne parle bien sûr pas des films qui intéressent pas le microcosme du movie-business), 


Mais qu’y peut-il, le bougre ? 


Sauf à demander à ses sélectionneurs (ça existe un sélectionneur de films au festival de Cannes?) de choisir a % de films faits par de hommes avec les hommes pour les hommes, b % de films faits par des femmes avec les femmes pour les femmes, c % de films faits par des minorités visibles, avec des minorités visibles, pour des minorités visibles, d % de films faits par des homosexuelles, avec les homosexuelles, pour les homosexuelles, (c’est exprès que j’oublie les homosexuels, qu’Alan Turing me pardonne). 


Je pourrais ainsi décliner tout l’alphabet des % que j’en aurais encore laissé de côté, des laissé(e)s pour compte.


A force de diviser l’humanité en catégories et  communautés, on en arrive à Demorand et Salamé incetvivant Philippe Frémeaux au sujet du Festival de Cannes.


En fait, je m’en fous. Je n’écoute ni Demorand ni Salamé et ce matin je m’occupais des tomates parce qu’il a plu hier soir,



L'affirmation de Demorand est-elle exacte ?


Il suffit de jeter un coup d'oeil à la carrière de certaines actrices comme Helen Mirren pour se rendre compte  que la situation n'est peut-être pas aussi tranchée qu'il y paraît .


Mais si nénamoins  elle dit globalement du vrai, peut-être est-ce du côté des scénaristes qu'il faut en chercher la cause ?


Des personnages féminins de plus de 50 ans, le cinéma en a produits : il y a eu "la vieille dame indigne" notamment avec Sylvie (adaptation  d'une nouvelle de Brecht ) , Stephane Audran avait largement plus de 50 dans "le festin de Babette" 


Il faudra suivre la carrière de Cate Blanchett pour savoir si le cinéma va continuer à lui proposer des rôles après l'âge fatidique fixé par Demorand ( en 2019 donc pour ce qui la concerne ) 


L'évolution des carrières des actrices dans le cinéma international : somme toute, cette thématique est intéressante.





Est-il permis de penser que les femmes qui cherchent à être l'égale de l'homme manquent d'ambition ?

commencez par laisser la place à une femme comme présentatrice de l'émission hebdo  de temps en temps plutôt qu'en assistante de plateau avant de vous offusquer de ce que fait ou non le festival ....  52 émissions ou presque par an, vous pouvez bien en lâcher quelques unes. 

peut être le recrutement rate d'aude lancelin allait il dans ce sens ? las nous ne saurons jamais.




 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.