Bouygues et Lagardère triomphent de la lutte anti-obésité
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Bouygues et Lagardère triomphent de la lutte anti-obésité

Il y a maintenant des caméras partout, entend-on dire.

Plus un centimètre carré n'échappe au regard inquisiteur des preneurs d'images amateurs. Mais non. Certains endroits restent parfaitement protégés. La gare Montparnasse, par exemple, sympathique édifice public situé dans une lointaine localité nommée Paris. Il aura fallu six jours pour que le récit d'une charge policière de fin de manif, avec dommage collatéraux sur des collégiens bordelais de 3e qui reprenaient leur train après une journée découverte, parvienne jusqu'à l'ouverture du journal de France Inter. Six jours. Mais l'affaire, révélée par le quotidien Sud Ouest, a tout de même éclaté.

A quelques kilomètres de là, autre trou noir : un coupe-gorge mal éclairé la nuit, nommé Assemblée Nationale. Il s'en passe de belles, à l'Assemblée. Vous n'en entendrez surtout pas parler à la télé, mais l'Assemblée vient de conclure une longue bataille : elle vient de rejeter un amendement interdisant les pubs pour chips, barres chocolatées et barres de céréales, dans les émissions télévisées pour enfants. C'est un vieux combat. Tellement vieux, que nous lui avons consacré un dossier entier. D'un côté, la lutte anti-obésité. De l'autre, le chiffre d'affaires publicitaire, tellement malmené par la crise, de Bouygues et Lagardère. Devinez qui va gagner !






Une dépêche de l'AFP résume de manière sybilline les développements de la nuit. "Après un long débat, l'Assemblée a voté contre un amendement, qui entendait interdire les publicités pour produits sucrés ou gras à la télévision "dans les quinze minutes qui précèdent et suivent" des programmes jeunesse. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, s'est opposée à cet amendement, rappelant en substance que les publicitaires et les professionnels de l'audiovisuel venaient de signer en février une charte de bonne conduite contre l'obésité infantile. L'amendement retoqué était pourtant présenté par le rapporteur UMP Jean-Marie Rolland, et soutenu par l'opposition." Comment un amendement présenté par l'UMP et soutenu par l'opposition, peut-il être rejeté ? Vous n'y comprenez pas grand chose ? Normal. C'est la sorcellerie nocturne du Parlement. Providentiellement, nous vous avons tout raconté en détail, sur le site. Si vous l'avez manqué, relisez le récit de Sophie Gindensperger.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.