Baroin, la boulette et les sanctions
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Baroin, la boulette et les sanctions

Vous vous souvenez de l'acte manqué de Standard and Poor's, dégradant la France par erreur, à l'insu de son plein gré ?

Eh bien, François Baroin, notre Baroin, tagada tsoin tsoin, a demandé des sanctions contre l'agence de notation. C'est du moins ce que l'on a entendu à la radio, et qu'ont retranscrit les agences de presse. Une belle et bonne punition, et la France sera vengée. Sauf que vu de près, c'était moins simple, comme le raconte la blogueuse Aliocha (tiens, aviez-vous lu ses réflexions déontologiques sur la presse en ligne ?) Cette grande sortie baroine a eu lieu mercredi matin au siège de l'Autorité des Marchés Financiers, et la phrase exacte de Baroin est exactement celle-ci: «Le traitement de mon point de vue comme ministre de l’économie ne peut pas être le traitement d’une ‘boulette’, il doit être le traitement complet de la chaîne de conséquences de l’impact du point de départ de cette boulette»

On a bien lu: Baroin s'attaque à rien moins que "la chaîne de conséquences de l'impact du point de départ" de la boulette de Standard and Poor's. On ne sait qui, de la chaîne, de l'impact, ou de la boulette, doit craindre le plus pour son matricule. Donc, Baroin ne demande pas de sanctions, mais tout un chacun (sauf, espérons, S and P) aura compris qu'il en demande tout de même. Pourquoi ne pas le dire plus simplement ? Aliocha livre une supposition toute personnelle: pour ne pas fâcher Standard and Poor's, tiens, qui a la gâchette, pardon, le clic facile. Des fois qu'un doigt dérape à nouveau ! On en est là ? On en est à ce point, où un ministre de la République bride son expression, par peur de déclencher les représailles d'une agence de notation ? On peine à le croire. Mais c'est plausible. Egalement en lice pour le prix de la langue de coton, un certain Sarkozy Nicolas, qui a fièrement affirmé à Strasbourg que la France et l'Allemagne (oups, et l'Italie aussi, ne pas oublier l'Italie) étaient tombées d'accord sur leur comportement par rapport à la BCE: «Nous avons tous trois indiqué que dans le respect de l'indépendance de cette institution, il fallait s'abstenir de demandes positives ou négatives» Chacun aura pu comprendre que Sarkozy recule. Mais il parait que non. Selon les meilleurs exégètes, il parait que le "ou négatives" est une grande victoire française.

Plus épuisant, plus démoralisant encore que la crise sans fin de la dette européenne, est le refus des paroles publiques de prononcer les mots pour la dire. Il ne faut pas chercher plus loin, me semble-t-il, les raisons du succès de ceux qui, tel Olivier Delamarche, le prophète de malheur de BFM Business, semblent coller des mots sur ce que nous vivons. Davantage que des mots, d'ailleurs, c'est la musique qui nous attire, le mugissement sourd de cette corne de brume, bande-son plus adaptée à la scène que l'orchestre de chambre, qui continue de jouer, imperturbable, parmi les canots de sauvetage.

Orchestre du Titanic

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.