Hollande candidat : l'implacable enquête de TF1
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Hollande candidat : l'implacable enquête de TF1

Ça valait le coup d'attendre. Démonstrative, rythmée, implacable, l'enquête d'Envoyé Spécial sur Bygmalion

nous a fait vivre, à travers le personnage du lampiste Attal, l'incroyable saga mégalo de la campagne Sarkozy de 2012. Moquette jamais trop épaisse, éclairages jamais trop veloutés, drapeaux jamais trop nombreux, jusqu'à des rampes de brumisateurs pour le public d'une réunion à la Réunion. Et pour finir, l'interview du compositeur de la musique d'attente des meetings (enregistrée par 80 musiciens en Bulgarie, et facturée 86 000 euros, alors que Sarkozy a déclaré aux juges qu'il pensait qu'elle était cadeau), révélant qu'on lui avait demandé, en toute simplicité, quelque chose entre le Boléro de Ravel et "le côté solennel de Wagner. J'ai compris qu'il fallait une musique épique d'aventure".

Cinq ans après, donc, on sait tout, on voit tout. Mais pourquoi si tard ? Les innombrables journalistes qui suivaient la campagne, n'avaient-ils pas vu les meetings se multiplier ? Aucune curiosité ne les a-t-elle chatouillés ? Heureusement, cinq ans après, on n'en est plus là. Sur la prochaine campagne, celle de 2017, on enquête implacablement. On ne se laissera pas surprendre. "Qui paie pour la campagne de Hollande ? demande Gilles Bouleau, le présentateur du 20 heures de TF1. Est-ce le candidat ou la présidence ?" Bonne question. Valérie Nataf a enquêté. Nataf étant l'accréditée de TF1 auprès de l'Elysée, il n'y a pas mieux placé qu'elle pour nous dévoiler les bygmalionneries en germe de cette non-campagne.

Ainsi, tiens, au hasard, cette escapade de Hollande dans un bar à vins de Blois, le week-end dernier. "Il était en déplacement officiel à quelques kilomètres de là" (en réalité à Tours, dans le département voisin, à 60 kilomètres). Qui a payé l'essence du trajet du président transformé en candidat ? Les heures sup des gardes du corps ? Hollande a-t-il inauguré sa toute neuve voiture (allemande) de campagne, dont LCI (groupe TF1) dévoilait l'acquisition récemment ? On va tout savoir. Et pour commencer, attention, interview exclusive du cafetier à la sortie : "il défend un bilan. Il y a eu des questions, on va dire gauche gauche, très incisives". Bien. Déplacement de campagne confirmé, donc. TF1 ne va pas le rater. Justement, voici le député PS René Dosière, grand pourfendeur des dépenses de l'Elysée. Aie. Manqué. Lieu privé, participation des militants aux frais : Dosière n'a rien à redire aux agapes de Blois.

Mais Nataf ne s'avoue pas battue. Inlassable combattant de l'opposition, Raffarin livre un scoop : "le président est en campagne électorale tous les jours". Merci Sherlock. TF1 cuisine ensuite Nicole Bricq, ex-ministre PS : "il occupe bien le terrain". "C'est à dire ?" "C'est à dire qu'il est très présent". On progresse. Enfin voici le final : un site a été mis en ligne récemment. Il est financé par un micro-parti présidé par Dominique Villemot, ami de quarante ans de Hollande, ancien de la promotion Voltaire. Coût : 350 euros par mois, mais attention : "réintégrés dans les comptes de campagne de François Hollande s'il se déclare candidat" révèle Nataf. RAS, donc. Pour détails supplémentaires, attendre 2022.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Anticor, attaquée et divisée

L'association anticorruption, cauchemar des élus, pourrait perdre son agrément

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.