La guerre du logo est déclarée
Éconautes
Éconautes
chronique

La guerre du logo est déclarée

Creads, bienfaiteur ou esclavagiste des graphistes ?

Réservé à nos abonné.e.s
Encore un front ouvert entre ancien et nouveau monde ! Entendez : entre monde ante et post-numérique. Nous avons beaucoup parlé ici de la bataille qui oppose les véhicules de tourisme avec chauffeur – VTC – et les taxis. Mais dans le front qui nous intéresse aujourd’hui, pas de modernes contre ringards. Le front ne se déroule pas dans les rues de Paris mais sur les blogs et les réseaux sociaux. Et cette fois-ci il divise les plateformes de création graphique et les graphistes indépendants – dits aussi freelance. Que reprochent-ils à ces plateformes ? De pratiquer le travail gratuit. Suivez-moi, je vous emmène au front.

Posons-nous d’abord dans le camp des nombreuses plateformes. On trouve des vétérans comme 99 designs, d’origine australienne, première place de marché au monde pour le graphisme, ou encore des locaux comme Wilogo ou Creads. Que proposent-elles ? De solliciter leur communauté de designers, qui se compte en dizaines de milliers, pour vous créer un support graphique. Le message de Wilogo, par exemple, est très clair : "mettez en concurrence nos 37 000 graphistes pour la création de votre logo, vos bannières, votre webdesign et bien plus encore..." Le fonctionnement est un jeu d’enfants. Mettons que je sois patronne d’une entreprise – appelons-la AnneSo...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.