Souriez, vous êtes référencés.
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Souriez, vous êtes référencés.

Ou l'accès à l'existence par l'épingle

Réservé à nos abonné.e.s
À quoi tiennent nos vies ? Comment mesurer leur exacte réalité ? Suffit-il de se pincer pour avoir la conscience d'être vivant ? De nombreux philosophes se sont penchés sur la question, Tchouang-tseu est même allé jusqu'à se demander s'il n'était pas un rêve de papillon. Mais Tchouang-tseu ne connaissait pas Google Maps, qui révolutionne la pensée philosophique avec seulement huit pixels en forme d'épingle...

L'Homme est un bipède qui aime à se persuader par tous les moyens de son existence, laquelle ne dure pourtant que le temps d'un souffle à l'échelle de l'univers. Aussi se prend-il en photo devant la Joconde du Louvre, devant le gouffre de Padirac ou l'entrée de la station de métro Glacière en murmurant ouistiti-sexe. Parfois, il lui arrive même de graver dans un mur de monument historique ou sur une porte de toilettes de bistrot une sentence définitive affirmant qu'il fut là, et que l'instant fut mémorable. Le monde n'en continue pas moins de tourner, imperturbable. Et le graveur, même pas célèbre l'espace d'un quart d'heure, finit par s'é...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.