Le Rijksmuseum réécrit certains titres d'oeuvres jugés offensants
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Le Rijksmuseum réécrit certains titres d'oeuvres jugés offensants

Réservé à nos abonné.e.s
Le Rijksmuseum d'Amsterdam vient d'annoncer qu'il était en train de modifier tous les titres offensants des oeuvres qu'il abrite. Exit les mots nègre, nain, sauvage, mahométan, etc., les cartels vont devenir propres sur eux. Cette mesure peut à première vue paraître anecdotique. À mieux y réfléchir, on se rend compte qu'elle est porteuse d'un enjeu réel quant à la manière dont nous considérons l'histoire de nos sociétés.



La semaine dernière, Martine Gosselink, responsable du département d’Histoire du célèbre musée amstellodamois, a annoncé dans une conférence de presse qu'environ deux cent vingt mille panonceaux indiquant les titres des oeuvres exposées (les cartels, dans le jargon muséal) étaient en cours de réécriture afin de modifier ceux qui affichent des propos racistes, sexistes, discriminatoires. «Nous, les Hollandais, sommes parfois appelés kass kops, têtes de fromage, et nous n'aimerions pas, dans un musée à l'étranger, lire sous un tableau nous représentant l'intitulé Femme tête de fromage avec enfa...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.