La ténébreuse affaire des petits pantins découpés
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

La ténébreuse affaire des petits pantins découpés

Vous avez demandé la police, ne quittez pas...

Réservé à nos abonné.e.s

Ça s'est peut-être passé ainsi : « Allô Coco, c'est Luc. J'ai un djobe pour toi, je te briffe en vitesse, on a une affiche de film pas terrible mais c'est nous qu'on le distribue alors faudrait un visuel qui déchire, tu vois, qui attire le gogo en lui rappelant inconsciemment un autre film, un succès récent, histoire de faire un peu d'entrées. Mais attention, tout en finesse ! OK Coco ? Je t'envoie les docs tout de suite, je compte sur toi, je passe dans une heure. »

Luc, on dirait que c'est Luc Besson. Coco, ce serait un maquettiste de la société EuropaCorp, propriété dudit Besson. Le film, c'est Le Siffleur, et l'affiche, c'est ça :



Coco, ...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.