Another Brick in the Wall
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Another Brick in the Wall

Réservé à nos abonné.e.s
L'homme est un bâtisseur né. Depuis l'aube des temps et même avant en pleine nuit, il élève des murs en paille, en bois ou en brique à l'exemple des trois petits cochons. L'homme est ingénieux. Pour se protéger du froid, des bêtes sauvages et de la nuit, il dispose sur ses murs verticaux un mur horizontal auquel on donnera plus tard le nom de plafond. Pour protéger sa famille, sa tribu, son clan, il invente également la palissade en piquets acérés, puis la muraille de pierre, la tour de garde et les créneaux. Parce que les envahisseurs à peau sombre et cheveux gras ne sont jamais très loin.



Parfois, il en fait un peu trop, l'homme. Il élève des murailles inconsidérées. Comme à la frontière des fiers États-Unis et du vil Mexique à foie jaune, réputé pour nourrir en son sein des hordes d'envahisseurs à peau sombre et cheveux gras. Cette muraille est pour l'heure constituée de grillages, que les fiers étazuniens ont cessé de planter faute de moyens financiers. Mais Trump a trouvé la solution, il va faire bâtir un vrai mur en dur de dur (les ciments Lafarge seront de la fête), et il enverra la facture au chef des hordes d'envahisseurs à peau sombre et cheveux gras. Malin. Sauf que tout le monde n'est pas d'a...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.