Le Sarkozistan, un Etat à l'écoute
Chez les sarkozis
Chez les sarkozis
chronique

Le Sarkozistan, un Etat à l'écoute

Réservé à nos abonné.e.s
Tout en glosant interminablement sur le faux suspense du maintien à son poste du Numéro Deux, les médias du pays commémoraient cette semaine le quarantième anniversaire de la mort du Très Grand.

Le Très Grand est le fondateur du Sarkozistan moderne. Il est révéré comme un Dieu. Pour le quarantième anniversaire de sa mort, les télévisions ont multiplié les émissions spéciales rappelant par le menu les hauts faits de sa vie, que connaissent par coeur tous les écoliers, et évoquant aussi les circonstances de sa mort.

Le Très Grand est mort dans sa modeste datcha des confins de l'Est du pays, un soir en regardant le journal télévisé. En lisant à la loupe le magazine illustré Sarkis Match, j'ai appris une anecdote édifiante. Dans les instants suivant l'irrémédiable, l'épouse du ...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.