Le Twitter de l'entre-deux-tours, une certaine idée de l'enfer
Calmos!
Calmos!
chronique

Le Twitter de l'entre-deux-tours, une certaine idée de l'enfer

Réservé à nos abonné.e.s
Les deux semaines de l'entre-deux-tours ont été particulièrement éprouvantes, médiatiquement parlant. Sur Twitter, les phénomènes et comportements typiques de la plateforme ont été exacerbés. Notre chroniqueuse a plongé.

Le 10 avril dernier, jour du premier tour de l'élection présidentielle, l'écrivain Nicolas Mathieu prévoyait que la période de l'entre-deux-tours serait un "calvaire". Une période "où tous les moyens sont bons, où la bêtise est partout" et où "des choses aussi nécessaires que le scrupule, la mesure, la délicatesse même, n'ont plus cours". Le réseau social arpenté du matin au soir par politiques et journalistes ne l'a pas contredit. Loin de là.

"L'hystérisation" du débat public fait l'objet d'un certain consensus, y compris dans les médias qui l'entretiennent. Le terme est un peu galvaudé, considé...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Pourquoi la mort de Rabhi a secoué les journalistes

Fractures idéologiques et générationnelles autour de sa mémoire

Présidentielle : on a décrypté "HugoDécrypte"

Une enquête menée avec des étudiants de Sciences Po Lyon

Nupes : radiographie d'une panique éditoriale

"Le soleil bolivarien sur une piscine municipale envahie de burkinis" ("Le Figaro")

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.