Le bal des indignés
À rebrousse-poil !
À rebrousse-poil !
chronique

Le bal des indignés

Indignation ne rime pas souvent avec information

Réservé à nos abonné.e.s

Nul ne ment autant qu'un homme indigné. Cette formule de Nietzsche mériterait d'être placardée dans toutes les rédactions. Ces jours-ci, le journalisme (en particulier dans sa version cathodique mais pas seulement) s'apparente à une olympiade de l'indignation. Un bon journaliste est un journaliste bon - et il n'est pas de meilleure façon d'afficher sa bonté que de manifester son indignation.

On me dira que de la «banderole de la honte» aux turpitudes chinoises, du calvaire d'Ingrid Betancourt aux tombes profanées d'Arras, l'actualité est particulièrement prodigue en légitimes motifs d'indignation. En vérité, depuis la chute de l'huma...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.