Chez Alain

Alain Korkos a animé pendant plusieurs années le blog "La boîte à images". Sa manie irrépressible : explorer les résonances, dans le fonds imaginaire que partagent beaucoup d'entre nous, des images d'aujourd'hui. Rythme de la chronique : chaque samedi. Sa chronique reprendra le 7 février 2017.

nouveau media
chronique du par

"Les Arabes" : aux origines de la couverture du Point


Article gratuit temporairement. Partagez-le !

Les Arabes. L'histoire méconnue d'une civilisation Aux origines de la tragédie d'aujourd'hui. Avec cette couverture, chef-d'oeuvre incontesté digne de Je suis partout, Le Point se hisse au sommet de son art.

/media/article/s78/id7762/original.81207.png


Pour illustrer ce dossier consacré aux Arabes, Le Point a choisi une peinturlure de Jean-Joseph Constant qui signait ses oeuvres sous le pseudonyme de Benjamin-Constant, à ne pas confondre avec l’écrivain Benjamin Constant.

Benjamin-Constant-avec-un-tiret fut un peintre fort célèbre en son temps qui peignit, entre autres, les plafonds de l'Hôtel de ville de Paris, ceux de l'Opéra-Comique de Paris itou, sans oublier quelques fresques ornant les murs de la Sorbonne. Mais avant d'être un barbouilleur officiel de la Troisième République, Benjamin-Constant-avec-un-tiret fut, avec Henri Regnaut dont il était tout récemment question dans une précédente chronique, l'un des derniers grands peintres orientalistes. Et c'est l'une de ses oeuvres intitulée Dans le palais du sultan qui s'affiche cette semaine au fronton du Point, sublime peinturlure faite de clichés et d'approximations. Voici l'oeuvre, dans son entier :

/media/article/s78/id7762/original.81208.png

Dans le palais du sultan par Benjamin-Constant,
XIXe siècle

 

Benjamin-Constant-avec-un-tiret, qui fit un séjour de quelques mois au Maroc, réalisa pendant des années des toiles illustrant un Orient de bazar à la géographie embrouillée. Dans Le palais du sultan, par exemple, nous voyons deux Marocains protégés par… un janissaire turc ! Mélange improbable, confusion, collage réunissant deux hommes avachis, inactifs (l'Arabe est volontiers paresseux), et un impavide guerrier casqué (car ne l'oublions pas, l'Arabe a aussi la fibre belliqueuse et tant pis si les Turcs ne...

Pour lire tous nos contenus gratuits et recevoir la Gazette d'@si,
renseignez simplement votre adresse e-mail :

* Cette adresse e-mail ne sera jamais communiquée à un tiers.

Article gratuit temporairement.

Vous avez déjà un compte ?

Email      Mot de passe   

Vous avez oublié votre mot de passe ?

Le site par mots-clés

Les incontournables

Commentaires d'utilité publique

Avant Depardieu-Dumas, d'autres blancs noircis

Tout le monde connaît les dégâts du racisme, l'oppression et les saloperies commises au nom de nombreux dogmes, lois ou ...

Par sleepless
le 27/02/2010

lettre ouverte à Pierre Laurent,

On peut tout montrer, pourvu qu'on explique? Maître Alain Korkos semble donc prêt à accepter plus facilement des photos ...

Par Arya
le 10/01/2009
Tous les forums >