Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Bourse : Drahi tente de rassurer les salariés de SFR Presse (dont Libé)

Par le - 21h36 - suivi

Après le plongeon du titre Altice en Bourse, Patrick Drahi a écrit aux salariés de SFR Presse pour tenter de les rassurer. Et promis 10 nouveaux postes de journalistes en CDI à Libération.

nouveau media

Le Monde, 17 novembre 2017

Le mail envoyé le 17 novembre, signé "Patrick", se veut rassurant : "Sachez que malgré la chute du cours de bourse, le groupe bénéficie d'une véritable stabilité financière".

En une semaine, en effet, au soir du 17 novembre, l'action de la maison mère de SFR, Altice, a perdu 37% de sa valeur (et 64,7% depuis sa valeur la plus haute en juin 2017). Un plongeon qui a poussé Drahi à prendre le clavier pour rassurer ses troupes par mail. Selon lui, la dette d'Altice est "sécurisée à 85% à taux fixe et le premier remboursement majeur n'arrivera qu'en 2022". "Si les taux remontaient ou si les agences revoyaient la notation de notre dette" ajoute-t-il, "cela n'aura strictement aucun impact pour l'entreprise dans les 5 prochaines années". Il faudra donc faire confiance aux agences de notation.

"Nos dizaines de millions de clients à travers le monde, nos millions de téléspectateurs, auditeurs et lecteurs, nos dizaines de milliers de collègues attendent de nous tous que nous restions pleinement concentrés sur notre travail quotidien", peut-on aussi lire dans ce mail adressé à l'ensemble des salariés de BFM, RMC, Libé et L'Express.

10 postes en plus à Libération

Drahi a aussi décidé de faire un (petit) geste envers Libé, où l'avenir du quotidien semble toujours aussi flou pour ses salariés. Depuis le plan social de 2014 qui a occasionné le départ de près de 90 salariés, la rédaction, à l’effectif amoindri, navigue à vue.

Lors du Comité d'Entreprise de ce 20 novembre, deux annonces ont été faites. Un nouveau directeur général - le sixième en moins de deux ans - a été présenté. Il s'agit de Clément Delpirou, jusque-là à la direction de InfoPro Digital, qui se vante sur son site de "transformer l'information en performance", et offre des solutions aux entreprises pour "accroître leur activité commerciale". Parmi les médias conseillés par InfoPro Digital : L'Usine Nouvelle, l'hebdo consacré à l'économie et aux technologies dans le monde industriel, ou L'Argus de l'assurance. Delpirou, qui prendra ses fonctions le 2 janvier, aura pour mission de recruter de nouveaux abonnés numériques, alors que la majorité des revenus de Libé dépendent encore du papier.

Lors du même CE, la création de 10 postes de journaliste a aussi été annoncée. 6 CDD seront titularisés en CDI, et quatre nouveaux postes vont être créés. "C'est une réponse à notre mobilisation, ils ont senti qu'il fallait bouger", estime Willy Le Devin, journaliste et secrétaire du comité d’entreprise du quotidien.

Il faudra en revanche encore attendre pour connaître le nom du successeur de Johan Hufnagel, numéro 1 bis de Libération, parti pour un projet vidéo, Loopsider, qui verra le jour en janvier. Un nom devrait être proposé par Laurent Joffrin à l'ensemble de la rédaction d'ici la fin de l'année. "A ce moment, on demandera à voter. On ne se contentera pas de dire bienvenue, la doléance existe et on entend bien l'appliquer", précise Le Devin.

Lire aussi la chronique de Daniel Schneidermann, "Drahi pour les Nuls"


Abonnez-vous !
|