Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Salut nazi : Axel Loustau poursuit Mediapart (Le Monde)

Par le - 19h10 - suivi

Salut nazi ou salut amical? Vendredi 8 septembre s'est tenu au tribunal de grande instance de Paris le procès de Mediapart et de la journaliste Marine Turchi, auteur de Marine est au courant de tout..., accusée de diffamation à l'encontre du proche de Marine Le Pen Axel Loustau pour avoir qualifié un geste du proche de Marine Le Pen, sur une photographie tirée d'une de ses soirées d'anniversaire, de "salut nazi". Le Monde raconte la teneur des débats.

Déjà, sur le plateau de l'Entretien Politique, sur France 2, avec David Pujadas aux commandes face à Marine Le Pen, la photographie avait provoqué un débat. Sur le cliché, Axel Loustau, proche de Marine Le Pen, ancien du GUD (Groupe Union-défense), tient son bras levé face à l'assistance, le bras et la main très droite. "Un salut amical ?" avait intimé le présentateur de France 2. "Oui monsieur, et Axel Loustau a vivement contesté cela", avait répondu la présidente du Front National

nouveau media

La même question a occupé le tribunal de grande instance de Paris, hier, à l'occasion du procès intenté à Mediapart et à la journaliste Marine Turchi, co-auteur de l'émission Envoyé Spécial, accusés de diffamation par Axel Loustau, raconte Le Monde. Objet du litige : un article daté de novembre 2014, titré "Le salut fasciste de l'argentier de Marine Le Pen." La journaliste de Mediapart y révélait deux clichés, datant de 2011, dans lesquels Loustau a le bras levé, très droit, suggérant un salut nazi. L'article de Mediapart, à l'époque, n'avait suscité "aucune reprise", racontait Turchi sur notre plateau, avant d'être repris dans l'émission Envoyé Spécial, en mars dernier. "Je ne m'explique pas pourquoi, en 2014, quand on publie ces photos, il n'y a pas plus de reprises. On me dit : ce n'était pas probant. Mais avec, il y avait une enquête (...) sur l'antisémitisme d'une grande partie de ce groupe."

nouveau media

Devant le tribunal, raconte Le Monde, Loustau a vigoureusement nié avoir donné une telle signification à ce salut, se décrivant comme "Ni fasciste, ni nazi, ni romain, ni grec." Le geste ne serait qu'un "bonjour" adressé dans un "moment chaleureux" : son quarantième anniversaire. Du côté de son avocat, Me Frédéric Pichon, on reconnait que le profil de l'intéressé ne joue pas en sa faveur : notamment son implication dans le groupuscule d'extrême-droite le GUD, et ses "visites amicales rendues en Espagne dans les années 1990 à l'ancien Waffen SS belge Léon Degrelle, qui a admiré Hitler jusqu'à son dernier souffle", comme l'écrit Olivier Faye, journaliste spécialiste de l'extrême-droite au Monde.

Marine Turchi a quant à elle appuyé cette filiation pour qualifier le "salut" de Loustau : "Les saluts nazis sont faits avec le pouce bien replié sur la main et les doigts collés. De dos, on voit que le bras est particulièrement à la verticale." Le procureur n'a pas semblé du même avis, relate Le Monde, considérant que le caractère diffamatoire "« n'est pas contestable», malgré le sérieux de l'enquête, en raison d'un manque de sérieux dans l'expression."

L'occasion de revoir notre émission "Marine Le Pen s'est re-diabolisée toute seule", avec Marine Turchi, Aurélien Colly, journaliste au service politique de France Inter et Patrice Maggio, rédacteur en chef de Var-Matin.


Abonnez-vous !
|