Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Olivier Bertrand (Les Jours) arrêté en Turquie... puis expulsé du pays

Par le - 14h25 - flash

Coup de froid entre Paris et Ankara depuis l’arrestation du journaliste et co-fondateur du site Les jours Olivier Bertrand survenue vendredi dans le sud-est de la Turquie. Interrogé ce matin sur Europe 1, le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a exigé la libération du journaliste tout en qualifiant cette détention d’inadmissible. Si le ministre a assuré être en contact permanent avec lui via l’ambassade, l’équipe du site Les Jours était sans nouvelles de leur collègue depuis vendredi après-midi avant d'apprendre, dimanche à 17 heures, qu'Olivier Bertrand est finalement expulsé de Turquie. Ce dernier est donc de retour à Paris.

"Ce qui se passe est profondément choquant, inadmissible. La France exige la libération de ce journaliste" a déclaré ce matin le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault au micro d’Europe 1. Une déclaration qui fait suite à l’arrestation du journaliste et co-fondateur du site Les jours Olivier Bertrand alors qu’il effectuait un reportage dans la province de Gaziantep au sud-est de la Turquie. "Il a été arrêté vendredi puis placé dans un centre de rétention administrative, sans aucun motif officiel" explique Isabelle Roberts, cofondatrice des Jours interrogée par @si.

Olivier Bertrand

Ce week-end, de nombreux journalistes ont eux aussi exigé la libération d’Olivier Bertrand – du patron du Monde Jérôme Fenoglio au Syndicat national des journalistes. De son côté, Reporters sans frontières (RSF) suit l’affaire de près : son représentant en Turquie, Erol Onderoglu, a pu s’entretenir avec lui avant son placement en garde à vue, tandis que son directeur général, Christophe Deloire, a considéré sur Twitter que cette détention est "illégitime et relève de l'intimidation".

Selon Les jours, Olivier Bertrand – ancien journaliste de Libération reçu en 2014 sur notre plateau"travaille depuis plus d’un an sur la Turquie pour des reportages publiés dans la série La charnière. Il était de retour en Turquie, pour une deuxième saison de La charnière, consacrée à l’après coup d’état" survenu le 15 juillet dernier. Le journaliste a été arrêté en compagnie de son photographe et de son traducteur qui tous deux ont été relâchés, précise Isabelle Roberts. Si l’équipe des Jours a pu discuter avec lui une partie du vendredi après-midi tandis qu’il était au commissariat, ils sont sans nouvelles depuis que son téléphone et son ordinateur ont été confisqués. "Il nous a juste dit que son arrestation pouvait durer jusqu’à lundi. On espérait qu’il soit libéré avant" ajoute Roberts. Finalement, le journaliste est expulsé de Turquie selon le site Les jours qui a appris la nouvelle dimanche à 17 heures. Libéré, le journaliste a pris l'avion pour Paris en fin de journée.

130 journaux fermés depuis juillet

L'arrestation intervient dans un climat tendu entre les autorités turques et les médias depuis le coup d’Etat raté de la mi-juillet. Pour le président Recep Tayyip Erdogan, cette tentative de putsch serait l’œuvre du prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis. Erdogan a donc lancé une chasse aux sorcières contre les médias et les journalistes accusés d’être proche du prédicateur. Fin août, on comptait 130 journaux et organes de presse fermés, et de nombreux journalistes arrêtés. En France, comme nous le racontions ici, l'hebdomadaire franco-turc Zaman a jeté l’éponge et, face aux menaces dont il était l’objet, a mis un terme à sa diffusion papier et internet à la fin de l’été.

La purge est d’ailleurs loin d’être terminée : vendredi, Akin Atalay, président du directoire du quotidien d’opposition Cumhuriyet, a également été arrêté puis mis en détention. Comme le rapporte Le Monde, ce dernier a été placé en garde à vue quelques jours après l’incarcération du rédacteur en chef et de plusieurs collaborateurs du journal. Raison invoquée ? Ils sont "accusés d’activités «terroristes» en lien avec la rébellion kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et avec le prédicateur Fethullah Gülen" précise le quotidien.


Mise à jour à 18 heures : l'expulsion de Turquie d'Olivier Bertrand confirmée par le ministère des Affaires étrangères.


Abonnez-vous !
|