Zemmour "s'excuse". Vraiment ?
Brève Vidéo

Zemmour "s'excuse". Vraiment ?

Polémique avec Ardisson : notre verdict

Eric Zemmour s'excuse. C'est ce que souligne

Le Parisien (comme Libération). Le quotidien ajoute que RTL le soutient dans la polémique provoquée par ses propos sur les trafiquants "noirs et arabes" sur Canal +. Pourtant, le journaliste-chroniqueur s'est contenté de dénoncer l'interprétation qui a été faite de ses propos, sans reculer sur le fond.


Le Parisien explique que "l'accusé a entrepris de se défendre. Au cours d'un dîner avec Alain Jakubowicz, le président de la Licra., il s'est excusé pour les mots qui lui sont reprochés. Il a réitéré ses excuses hier dans une longue lettre qu'il a fait parvenir au siège de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme et pour l'amitié entre les peuples en espérant que celle-ci retire sa plainte."

Cette lettre a été publiée sur le site Marianne2.fr, qui affirme "que la liberté d'opinion de tous les minoritaires - fussent-ils comme Eric, quelque peu provocateurs -doit être absolument défendue".

Mais dans cette lettre, Zemmour ne s'excuse pas. Il affirme plutôt que ses propos ont été déformés : "Je n’ai jamais dit contrairement à ce qui a pu être colporté dans les médias que «tous les délinquants sont Arabes et noirs», mais que «la plupart des délinquants sont Arabes et noirs.»" Et il persiste, en donnant, cette fois, ses sources : "Dans un article du Monde, du 16 mars 2010, les rapports des RG sur les bandes violentes, établissaient que 87% étaient de nationalité française; 67% d’origine maghrébine et 17% d’origine africaine. La «plupart» est donc, au regard de ces chiffres, le mot qui convient. (...) On pourrait aussi rappeler que dans tous les pays d’immigration, les derniers arrivés donnent souvent les gros effectifs à la délinquance."



Marianne2 indique néanmoins que "dans un communiqué, la LICRA annonce finalement accepter les explications fournies par Eric Zemmour et le principe de la tenue d'un débat loin de la justice. Ce débat entre le journaliste et le président de la LICRA, Alain Jakubowicz, devrait se tenir ce jeudi sur BFM-TV."

Mais nouveau rebondissement : selon le site de Jean-Marc Morandini, le débat ne se fera  finalement pas : Eric Zemmour étant chroniqueur sur iTélé, "son contrat l'empêche d'apparaître sur BFM TV".

Si la Licra semble donc renoncer à sa plainte, SOS-Racisme a assuré au site maintenir une plainte pour "faits de diffamation à caractère racial".


A noter : dans sa justification, Zemmour met en cause Thierry Ardisson, critiquant sa mise en scène 'tout de gouaille cynique (...) qui mime un effarement scandalisé d’autant plus surjoué qu’il est enregistré et inséré a posteriori, tandis que pendant l’émission, il avait pris un air patelin, pour me glisser à l’oreille : «Tu as un rôle très important dans la société de dire les vérités qui dérangent...Ne t’inquiète pas, je te protégerai au montage...»"

Une affirmation que conteste Ardisson. Selon LePoint.fr, l'animateur "a décidé d'attaquer Éric Zemmour en diffamation". "Nous mettons à disposition de la presse tous les rushs de l'émission. Aucun plan n'a été ajouté, témoigne sur le site Stéphane Simon, patron de Télé Paris qui produit l'émission. Éric Zemmour n'a été ni piégé ni trahi au montage dans ses propos dans Salut les Terriens. Il n'a jamais demandé à ce que ses propos soient coupés au montage et personne ne lui a dit qu'ils le seraient."

Selon les observations minutieuses d'@si, l'hypothétique montage sur cette séquence, s'il existe, a été très bien réalisé.

Regardez à nouveau la séquence, à 2:22 de cette vidéo  picto

Vous remarquerez que le geste d'Ardisson, qui secoue la main et pose sa paume sur sa joue, est montré dans deux valeurs de plan différentes : un gros plan, sur le visage d'Ardisson, immédiatement suivi d'un plan large, où apparaissent les débatteurs. Si ce passage a été enregistré après le débat, il a donc fallu le filmer quand les invités de l'émission étaient encore en place...

Quoiqu'il en soit, l'épisode n'a manifestement pas plu au CSA : hier, le Conseil a adressé à Canal+ une mise en demeure pour lui rappeler que la chaîne ne doit pas "encourager des comportements discriminatoires, ni contrevenir aux valeurs d'intégration et de solidarité" de la République.

Le Parisien précise que RTL défend Zemmour, qui chronique tous les jours à l'antenne : "Les propos incriminés qui nous ont dérangés n'ont pas été tenus sur RTL", insiste Jacques Esnous, le directeur de l'information. Il ajoute que RTL "souhaite rester indépendante vis-à-vis de toute pression, y compris médiatique".

Mise à jour - 15h20 :

ajout de l'impossibilité pour Zemmour d'apparaître sur  BFM TV, de l'annonce de la plainte d'Ardisson et de la description détaillée de la séquence qui a été ajoutée selon Zemmour.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.