Turkménistan : coronavirus, j'écris ton nom !
article

Turkménistan : coronavirus, j'écris ton nom !

Réservé à nos abonné.e.s
Le 31 mars, Reporters sans frontières affirmait que le Turkménistan avait banni le mot "coronavirus" pour contrôler l'information. C'était faux, mais personne (ou presque) n'a pensé à vérifier.

Le Turkménistan, vous connaissez? Un petit pays d'Asie centrale, situé sur la rive de la mer Caspienne, bloqué entre l'Ouzbékistan (au nord) et l'Iran (au sud). Une population de 5,7 millions d'habitants, une capitale, Achgabat, et un président, Gourbangouly Berdymoukhammedov, élu en 2006 puis réélu en 2017... avec 97% des voix. Depuis, l'ancien dentiste reconverti dirigeant autoritaire se fait appeler "Arkadag" - "le  Protecteur"-, et le culte de la personnalité bat son plein. Bon dernier du classement Reporters Sans Frontières (RSF) 2019 de la liberté de la presse, que l'ONG qualifie de "trou noir de l'information", le régime autarcique aurait notamment pour habitude d'éradiquer les antennes paraboliques des toits  au motif "d'e...

Il vous reste 87% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.