Tunisie : entre le pouvoir et l'humour, l'épaisseur d'un doigt
article

Tunisie : entre le pouvoir et l'humour, l'épaisseur d'un doigt

Un humoriste poursuivi et relaxé.

Réservé à nos abonné.e.s
Un célèbre comique tunisien, Lofti Abdelli, cible régulière des salafistes, a été interrogé, puis innocenté par la police après la plainte pour diffamation du ministre des Droits de l'Homme. Ce dernier l'accusait de lui avoir fait un doigt d'honneur sur un plateau de télévision. Avec cette plainte le comique risquait 18 mois de prison.

Artistes et journalistes sont clairement dans ligne de mire du pouvoir islamiste souligne, d'ailleurs, hier Le Temps dans son éditorial.

"Lors de l'émission « Bila Moujemla » (Sans complaisance), diffusée tous les dimanches soir sur Hannibal Tv, Lotfi Abdelli a nargué le gouvernement. Ses propos, jugés "irrespectueux" par Samir Dilou, le ministre des Droits de l'Homme et de la Justice Transitionnelle et porte-parole du gouvernement, ont poussé ce dernier à quitter le plateau." le 21 octobre dernier, expliquait Tekiano, le lendemain de l'incident.

Dilou (à gauche), ministre du gouvernement islamiste avait alors déposé une plainte en diffamation contre Abde...

Il vous reste 84% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.