Transition énergétique : un village allemand 100% renouvelable (Le Monde)
Brève

Transition énergétique : un village allemand 100% renouvelable (Le Monde)

En Allemagne, une ville de 2300 habitants s'est réappropriée son réseau électrique. Alors que tous les médias outre-Rhin voient dans la transition énergétique l'un des plus gros dossiers du nouveau gouvernement allemand, Frédéric Lemaître, correspondant du Monde en Allemagne, signale  cette initiative unique, en cours depuis 1996.

Dans la tradition des mouvements antinucléaire allemands des années 1970, Schönau, petite ville du Baden-Würtemberg de 2300 habitants, a racheté en 1996 son réseau électrique. Sous l'impulsion d'Ursula Sladek et soutenue par 3300 sociétaires, la coopérative Elektrizitätswerke Schönau (EWZ) fournit tous les habitants de la commune en énergies 100% renouvelables. "Nous nous fournissons en Allemagne, mais aussi auprès de producteurs d'énergie éolienne autrichiens et de producteurs d'hydroélectricité norvégiens", confie Sladek au Monde.

Aujourd'hui, l'entreprise peut se targuer d'avoir convaincu 135 000 clients en Allemagne. Elle a remporté de nombreux prix décernés à sa dirigeante, dont le Prix Goldman de l'environnement (considéré, selon Lemaître, comme le "Nobel de l'environnement" ) et à l'automne dernier le Prix de l'environnement remis par le président fédéral allemand, Joachim Gauck.

Outre des campagnes militantes antinuclaires, l'EWZ soutient et accompagne d'autres initiatives de réappropriation de l'approvisionnement énergétique. Son partenariat le plus important est sans conteste celui établi avec la ville de Stuttgart, gouvernée depuis janvier 2013 par un maire vert, Fritz Kuhn. La politique de ce dernier a pour but de s'appuyer en 2020 sur 100% d'énergies produites sur place et sans émission de particules ou de déchets nucléaires pour alimenter la métropole. Celle-ci comptant 613 000 habitants, le défi est de taille et donc à observer de près.

A noter, l'unanimité des commentaires sur le site du Monde. Certains ne voient dans l'initiative qu'un "enfumage" tandis que d'autres rappelent que l'Allemagne s'appuie sur un large réseau de centrales au charbon et achète à ses voisins des quantités importantes d'électricité nucléaire.

Par Antoine Tricot

L'occasion de relire notre enquête sur "l'obscure guerre de succession du nucléaire en Allemagne".

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.