Timbre inspiré d'une Femen : menaces de boycott
Brève

Timbre inspiré d'une Femen : menaces de boycott

"Il est évident pour moi que la Marianne de 1789 aurait été une Femen", affirme le dessinateur Olivier Ciappa dans une tribune du Plus Nouvel Obs. Le jeune homme justifie ainsi son choix de s'être inspiré d'Inna Shevchenko, leader des Femen, pour réaliser le nouveau timbre Marianne. Ce choix et cette conviction font polémique : le Parti Chrétien démocrate a appelé au boycott du timbre, dévoilé hier par François Hollande.

 

C'est un éclat de joie que partage, ce dimanche 14 juillet, le dessinateur Olivier Ciappa sur ses pages Facebook et Twitter. Et pour cause : ce sont ses dessins de Marianne qui ont représenteront la République sur les timbres poste.

Tradition de la Vème République, un nouveau timbre est choisi par chaque président nouvellement élu. Il est utilisé pour envoyer des lettres de moins de 20 grammes en France et à l'étranger. Marianne y est représentée avec un bonnet phrygien.

Cette année François Hollande s'en est remis aux choix de lycéens pour célébrer le thème de la jeunesse. En amont, 30 classes de lycées de chaque académie de France ont voté pour leurs trois timbres préférés lors d'un concours qui mettait en compétition quinze dessins. L'avis du chef de l'Etat ne devait intervenir que si le résultat des votes était trop serré, ce qui n'a pas été le cas : "Le timbre de David Kawena et Olivier Ciappa est arrivé en tête dans chacun des 30 lycées qui ont voté, explique dans cet article Isabelle Kervorkian, membre de l'équipe organisatrice du projet. C'était un vote sans ambiguïté."  Selon le site de l'Assemblée nationale, il semble que ce soit Hollande qui ait choisi lui-même parmi les 3 dessins arrivant en tête chez les lycéens. Quoi qu'il en soit, c'est une portée symbolique importante donc et une petite victoire pour l'artiste de 34 ans, engagé dans la lutte contre l'homophobie (en juin dernier, son exposition faisant le portrait de couples homosexuels avait été vandalisée).

Mais l'artiste a déclenché la polémique en révélant l'identité de l'inspiratrice du portrait. Dimanche soir à 19h, le dessinateur annonce par un tweet qu'il a pris pour modèle la fondatrice des Femen, Inna Schevchenko, pour dessiner le visage de la jeune Marianne. Une inspiration que connaissaient les lycéens avant de voter : "Ils savaient très bien que mon dessin était inspiré de l'une des Femen, je ne m'en suis jamais caché", souligne le dessinateur.

Cette inspiration est largement reprise par les médias aujourd'hui.

Le symbole Femen n'a pas été apprécié du tout par le parti chrétien démocrate. A 23h, quatre heures après le tweet de l'artiste, le compte Twitter du PCD a ainsi appelé à boycotter le nouveau timbre qui ferait, selon lui, "outrage à la souveraineté de la France".

Face à la montée de l'indignation, l'artiste a réagi aujourd'hui dans une tribune du Nouvel Obs. Il explique: "il est évident pour moi que la "Marianne de 1789 aurait été une Femen". Les Femen représentantes de la République ? "Pas de meilleur symbole" pour Ciappa qui ajoute :"Les Femen ne militent pour rien d’autre que la liberté, l’égalité et la fraternité.

Il révèle aussi s'être inspiré de Roselyne Bachelot et Christiane Taubira : "je me suis rendu compte que, lorsque ces deux femmes politiques discouraient, elles avaient un geste gracieux de la main. C’est pour cela que j’ai intégré une main de Marianne dans le timbre". Les yeux seraient eux dessinés à l'image de ceux de Marion Cotillard.

Montage photo du Lab d'Europe 1 assemblant les visages de Christiane Taubira, Roselyne Bachelot et Inna Shevchenkopicto


Suite à ces révélations, Inna Shvechenko la fondatrice des Femen a tenu, elle, à exprimer sa satisfaction sur le réseau social. Avec un brin de provocation. "Les Femen sur les timbres français. Maintenant tous les homophobes, les extrémistes, fascistes devront me lécher le cul lorsqu'ils enverront une lettre". La polémique ne fait sans doute que commencer.

Par Mathilde Gracia

Mise à jour, mardi, 11h50 : précisions sur le choix des lycéens.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.