Takieddine : Mediapart porte plainte pour menaces de mort
Brève

Takieddine : Mediapart porte plainte pour menaces de mort

Un journaliste de Mediapart menacé de mort par un homme circulant

"dans les cercles du pouvoir sarkozyste": l'information a été largement reprise depuis hier, au moment même où la justice indiquait avoir les preuves qu'un journaliste du Monde avait été surveillé à la demande de l'Elysée. Dans un article signé de son fondateur Edwy Plenel, Mediapart a annoncé hier le dépôt d'une plainte contre X pour menaces de mort envers Fabrice Arfi, coauteur des multiples articles sur Ziad Takieddine. Ces menaces auraient été proférées par un agent d'influence que nous avions déjà évoqué, Pierre Sellier.

logo Salamandre

Les faits remontent à près de deux mois : "Le premier article de notre enquête sur les documents Takieddine, menée en équipe par Fabrice Arfi et Karl Laske, a été mis en ligne le 10 juillet 2011, rappelle Plenel. Dans les jours qui ont précédé cette publication, précisément entre le 2 et le 8 juillet, Fabrice Arfi recevait sur son téléphone mobile une cascade de SMS – huit exactement – envoyés depuis le téléphone portable de Pierre Sellier. Certains de ces SMS étaient dupliqués et également adressés sur le téléphone du directeur de Mediapart. Relevant d'un incontestable harcèlement et adressés parfois en pleine nuit, ces SMS étaient à la fois grossiers dans leur formulation, confus dans leur propos et menaçants dans leur intention. Par exemple, celui-ci, du 3 juillet à 18h06: «Ma poule, t'avais raison! A Karachi, on va "briser des genoux". J'espère que tu as enfin réussi à te raser la barbe. Amitiés.»"

Les propos sont signés de Pierre Sellier, personnage que nous avions évoqué lors d'une mémorable Ligne j@une sur l'affaire Karachi, en présence d'Arfi. Nous vous renvoyons à notre présentation de l'époque : " Comme l'expliquait Paris Match, il a été mis en cause par Sophie Deniau, belle-fille de Jacques Toubon, qui l'accuse d'utiliser des méthodes d'intimidations douteuses, à base de SMS et de porte-flingues menaçants. Il y est décrit comme le «zorro du texto», spécialiste du lancement de rumeurs et d'«opérations d'influence», se flattant d'avoir des «relations haut placées dans les milieux du renseignement»."

Après l'envoi des textos, Karl Laske, co-auteur des articles Takieddine, a appelé Sellier, qui lui a alors notamment déclaré à propos de Fabrice Arfi : "Je vais le tuer. Service action. Trois balles dans la tête." D'où le dépôt de plainte, presque deux mois après les faits.

Reporters sans frontières a exprimé dans un communiqué "son inquiétude et sa consternation face aux menaces de mort explicites", affirmant que "cet épisode constitue le dernier signe d'une dérive extrêmement préoccupante aux marges de l'appareil d'Etat".

@si a également eu affaire à Pierre Sellier, mais un ton au dessous. Après l'émission où nous l'avions évoqué, le "Zorro du texto" nous avait fait parvenir un droit de réponse (publié sous l'émission). Un intermédiaire nous avait également annoncé le dépôt d'une plainte, dont nous n'avons plus jamais eu vent.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.