Silk Road : le site de nouveau accessible
Brève

Silk Road : le site de nouveau accessible

Coucou le revoilou : le site de vente en ligne d’armes et de drogues Silk Road – dont on pensait que la fermeture serait le fossoyeur de la monnaie virtuelle Bitcoin – est de nouveau accessible dans les profondeurs du Web tandis que son fondateur est entre les mains du FBI. L’occasion pour Libération de raconter les conditions de l’arrestation de ce "big boss du marché noir".
 

Le Web est profond, très profond. Dans ses abysses, le site de vente en ligne d’armes et de drogues Silk Road – la route de la soie – a fait florès. Mais les abysses ne découragent pas pour autant le FBI : le mois dernier, des agents ont mis la main sur Ross Ulbricht, le fondateur de ce grand marché noir. Une arrestation suivie par la fermeture du site qui n’a pas pour autant compromis la santé de la monnaie virtuelle Bitcoin qui sert aux transactions, comme certains avaient pu le croire.

Mais cette fermeture a été de courte durée : le site est de nouveau accessible, toujours dans les profondeurs du Web, "un continent méconnu et peu fréquenté de l’Internet car non référencé par nos moteurs de recherche préférés" selon Libération. Le quotidien explique que The Silk Road n’autorise "que les visites d’internautes utilisant Tor, un réseau décentralisé de routeurs organisés en «couches d’oignons», selon une structure assez complexe pour empêcher toute traçabilité. Pour franchir le seuil du sulfureux site, il faut donc un navigateur spécifiquement configuré, comme le Tor Browser, et connaître l’adresse URL du site, avec son extension en «.onion»."

 

Il faut croire que Ulbricht "a dû laisser les clés du site - ou du moins son code source - à quelqu’un" estime Libé qui raconte les faux-pas de ce big boss du marché noir qui ont conduit à son arrestation : alors que "le Texan de 29 ans qui se faisait appeler «Dread Pirate Roberts» […] recherchait un spécialiste technique de Bitcoin sur des forums de discussion, les candidatures devaient être envoyées à l’adresse «rossulbricht@gmail.com». A partir de ce compte Google, le FBI a vu la liste de ses vidéos favorites sur YouTube, et a découvert que ce Ross Ulbricht portait un certain intérêt à la très libérale école autrichienne d’économie. Or, les travaux de ses penseurs-clés ont justement été cités à plusieurs reprises comme les «fondements philosophiques» de The Silk Road, dont l’état d’esprit est simple à résumer : on peut tout vendre et tout acheter entre adultes consentants, tant que la marchandise n’est pas conçue pour blesser ou escroquer. La drogue, c’est bon (hum hum) ; les cartes de crédit volées, les armes et les contenus pédopornographiques, c’est pas bon. Les coïncidences étaient trop grosses, et trop nombreuses. Selon les conclusions de l’enquête, Ross Ulbricht est Dread Pirate Roberts."

Comme quoi, on peut être à la tête d’un immense marché noir et se faire serrer comme un bleu, abysse ou pas.

Le Bitquoi ? Le Bitcoin. L'éconaute lui avait consacré une chronique abyssale à lire ici >>

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.