Secret des affaires : la directive, les traducteurs et la chipolata
enquête

Secret des affaires : la directive, les traducteurs et la chipolata

Réservé à nos abonné.e.s
Tergiversations de dernière minute. La directive européenne sur le secret des affaires, qui a cristallisé les inquiétudes de nombre de journalistes français lors de son passage au Parlement, a été adoptée définitivement par le Conseil de l'UE ce 27 mai. Un épineux problème de traduction a divisé, jusqu'au dernier moment, les institutions de l'UE... et les citoyens européens désireux de suivre les débats, dont l'humoriste Nicole Ferroni.

Elle avait été visée par les tirs croisés d'avocats, de magistrats, d'ONG (dont La Quadrature du net), de rédactions (avec, en première ligne, celles du Monde et de Mediapart), et de l'humoriste Nicole Ferroni - cette chroniqueuse de France inter dont la vidéo anti-secret des affaires a été vue plus de 12 millions de fois. Ce vendredi 27 mai, la directive européenne sur le secret des affaires a été adoptée par le Conseil de l'UE dans une indifférence quasi-générale.

nouveau media

(Extrait du live où les internautes les plus vaillants pouvaient suivre les discussions,
essentiellement techniques)

Previously in le Parlement européen : les députés font sa peau au mot "légitime"

À quoi ressemblera finalement ce texte âprement débattu ? Qu'est-il advenu de se...

Il vous reste 89% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.