Rumeur sur la Société générale : deux blogueurs sanctionnés par l'AMF
enquête

Rumeur sur la Société générale : deux blogueurs sanctionnés par l'AMF

Décision logique ou pression sur la blogosphère ?

Réservé à nos abonné.e.s
Et à la fin, ce sont des blogueurs qui trinquent ? Le 7 novembre 2013, la commission des sanctions de l'Autorité des marchés financiers (AMF) a infligé à deux blogueurs une amende de 10 000 et 8 000 euros pour "avoir diffusé une information inexacte" sur la situation financière de la Société générale. Cette sanction intervient deux ans après l'affaire de "la rumeur" sur une possible faillite de la banque à cause de la dette grecque. A l'époque, un journal britannique avait également alimenté cette rumeur à l'origine d'une chute des cours de la banque. Mais curieusement, l'AMF n'a jamais sanctionné le Mail On Sunday, contrairement aux blogueurs. Deux poids, deux mesures ? Pas si simple...

Tout ça, c'est à cause du "Core Tier One" et de la "pondération d'actifs". Mais oui ! Sur son blog, Olivier Berruyer, un actuaire que nous avons déjà invité sur notre plateau, n'en démord pas : la sanction contre les blogueurs est au mieux un "GROS DELIRE", au pire une "forfaiture démocratique en forme de délit d’opinion". A coup de graphiques, de tableaux indiquant "passif" et "actifs", il tente de démontrer que les écrits de ces blogueurs étaient fondés.

Vous avez deux heures pour les commenter (ou pas) picto

Aspirine, vite !

Dans les grandes lignes, hors calculs savants, l'histoire racontée par Olivier Berruyer est assez simple. Prenez tout de m...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.