Royal et l'Arctique, itinéraire d'une polémique
article

Royal et l'Arctique, itinéraire d'une polémique

Réservé à nos abonné.e.s
"Investigateur-délateur", "pseudo-enquête", "insinuations diffamatoires"... Ségolène Royal n'avait pas de mots assez durs, mercredi 20 novembre, pour qualifier l'enquête de France Inter la concernant, notamment sur ses absences au Conseil de l'Arctique, alors qu'elle est depuis 2017 ambassadrice des pôles. Arrêt sur images reconstitue la trajectoire de la polémique, qui a débuté, en septembre.

Ségolène Royal, l'ambassadrice fantôme des pôles ? Depuis septembre, la question du travail effectué par l'ancienne ministre de l'Écologie, nommée à son nouveau poste en 2017 par Emmanuel Macron, revient régulièrement dans la presse. Ce mercredi 20 novembre, Ségolène Royal répondait sur France inter à la dernière enquête en date, celle de la cellule investigation de Radio France. Après avoir refusé de répondre aux questions de Sylvain Tronchet, auteur de l'enquête, Royal esquive largement celles de Léa Salamé. Et tacle sans retenue Tronchet ("investigateur-délateur""ce journaliste, s'il mérite ce nom", "il se prend pour un procureur", "journaliste inquisiteur et délateur") et son enquête (une "pseudo-enquête", un "très mauv...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.