Rojava, rester ou partir? Le dilemme des reporters
article

Rojava, rester ou partir? Le dilemme des reporters

ASI s'est entretenu avec des journalistes sur place

Réservé à nos abonné.e.s
De nombreux journalistes français, entrés au Kurdistan syrien ces derniers jours pour couvrir l'offensive turque, ont quitté précipitamment le territoire autonome lundi matin. Plus que les frappes turques, c'est l'arrivée de l'armée syrienne qu'ils craignent tous. Arrêt sur images a interrogé deux d'entre eux, ainsi qu'un des rares à avoir fait le choix de rester.

Il aura suffi du feu vert de Donald Trump pour déclencher un déluge de feu dans le nord-est syrien. Dimanche 6 octobre, le président américain annonçait le départ des forces spéciales US déployées dans cette région. Mercredi 9, la Turquie, qui n'attendait que cela, envoyait son armée et ses supplétifs recrutés parmi d'ex-rebelles syriens à l'assaut du Rojava (pour tout savoir sur cette région à l'ambition politique originale, voir notre émission). L'attaque était prévisible : le PYD, parti kurde tenant la zone, est considéré comme terroriste par Ankara. Les grandes rédactions françaises ont envoyé leurs reporters pour couvrir ce qui s'annonce comme une bataille meurtrière, une crise humanitaire, et peut-être la fin d'une utopie politique en...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Simonnot, 30 ans de journalisme engagé

Retour sur ses articles les plus marquants

Des médias promeuvent un investisseur véreux

Quand le publirédactionnel leurre des épargnants

Syrie : les géants du web "effacent l'Histoire"

Facebook, YouTube ou Twitter suppriment des preuves de crimes de guerre

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.