Reporterre  : journaliste coupé sur France 24
Brève

Reporterre  : journaliste coupé sur France 24

On ne critique pas le travail des journalistes de France 24 sur France 24 ! Voilà, en somme, la morale d'un billet publié aujourd'hui sur Reporterre, dans lequel un journaliste du site estime avoir été censuré par la chaîne.

Jeudi 15 janvier, Emmanuel Daniel (Reporterre) est invité sur le plateau de France 24 pour parler en direct des ZAD (zone à défendre). La veille, une journaliste de France 24 lui avait envoyé le script du reportage de cinq minutes (visible ici), censé être diffusé juste avant son intervention. "A la lecture de celui-ci, la moutarde me monte au nez : comme la plupart de ceux diffusés à la télé, il est caricatural et réducteur (...) Je la rappelle en lui disant tout le mal que je pense du travail de leur journaliste et lui explique que j’accepte d’intervenir, si elle ne trouve pas d’autres volontaires, afin d’apporter un autre point de vue", détaille sur Reporterre le journaliste. Qui se rend le lendemain à Issy les Moulineaux, dans les locaux de France 24, pour expliquer son point de vue.

Comme prévu, sur le plateau, Daniel joue sa partition : "Je lui répète ce que je disais à sa collègue la veille, en substance: ce que l’on vient de voir est le type de reportage moyen que l’on peut retrouver à la télévision", et explique ensuite que les opposants au barrage ne luttent pas seulement contre ce projet mais aussi contre l'idéologie qui a présidé à la construction de ce barrage. Fin du plateau. Le rédacteur en chef du JT vient alors voir le journaliste de Reporterre, pour lui reprocher d'avoir critiqué le travail de son reporter, tout en précisant "qu'il avait apprécié le reste de ma prise de parole".

On en reste là ? Non, car quelques jours plus tard, Daniel se connecte sur le site de France 24 et constate que... son intervention n'est pas disponible. Mardi matin, la journaliste qui avait démarché Daniel explique ce choix dans un mail : "L’émission comprenant votre interview n’a pas été mise en ligne, sur demande de notre rédacteur en chef, en raison des critiques que vous avez émises à l’égard de notre travail. Excusez-moi pour cette explication un peu tardive".

Nouvel échange de mails, cette fois entre le journaliste de Reporterre et le rédacteur en chef de France 24, Alberic de Gouville: "Avant de venir, je dis clairement à la préparatrice d’émission ce que je pense du script du reportage et précise que c’est uniquement pour apporter un autre point de vue que j’accepte de venir faire le pitre à la télévision. Une fois sur place, on me demande mon avis, je le donne. Et on me reproche ensuite de l’avoir donné en toute franchise!", estime le premier. Quelques heures plus tard, Gouville lui répond : "Merci pour vos leçons de déontologie, j’en prends note. Néanmoins, étant donné que vous considérez vous-même être venu «faire le pitre», nous n’avons pas jugé nécessaire de mettre en ligne votre intervention. Si vous considérez qu’il s’agit de censure, libre à vous. Sachez simplement que, chaque jour, nous prenons des décisions concernant la mise en ligne, ou non, des interventions de nos invités, reportages et correspondances. Cela relève de la responsabilité éditoriale de notre chaine".

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Canal+ veut à nouveau faire taire Jean-Baptiste Rivoire

Une filiale de la chaîne assigne le journaliste pour des propos tenus dans un court-métrage de Reporters sans frontières

Secret des sources : la police convoque "StreetPress"

Un article sur un policier-dealer crispe la brigade des stup'

Rémi Gaillard, celui dont on ne doit pas prononcer le nom (sur France 2)

"On s'est engagés auprès de France 2 à ne pas faire de polémique autour de Rémi Gaillard"

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.