"Reflets" et les écoutes françaises en Libye : le scoop oublié
article

"Reflets" et les écoutes françaises en Libye : le scoop oublié

Réservé à nos abonné.e.s
En 2011, le site Reflets révèle qu'une entreprise française vend des systèmes d'écoute et d'interception à la Lybie de Kadhafi. Dix ans et quatre mises en examen plus tard, Reflets n'est toujours pas mentionné comme étant à l'origine de l'information, attribuée au Wall Street Journal. Histoire d'un oubli.

Tremblement de terre au tribunal judiciaire de Paris : après plus de huit ans d'instruction, les enquêtes sur la vente de matériel de cybersurveillance en Libye et en Égypte par les sociétés françaises Amesys et Nexa Technologies ont accéléré de façon spectaculaire, avec la mise en examen de quatre gérants de ces sociétés pour "complicité d'actes de torture". À l'origine de cette affaire, une enquête de Reflets, site d'actualité longtemps spécialisé dans le numérique, qui révélait le volet libyen de l'affaire Amesys dès février 2011

Mais la couverture médiatique de l'affaire n'a que trop rarement rappelé le travail de Reflets, pourtant crucial. Pas plus tard que ce 22 juin, dans sa dépêche annonçant ces mises ...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.