"Raqqa est massacrée en silence" : des Syriens témoignent du vrai visage de l'EI...
à l'étranger

"Raqqa est massacrée en silence" : des Syriens témoignent du vrai visage de l'EI...

... souvent au péril de leur vie

Réservé à nos abonné.e.s
Avec l'assassinat en Turquie le 27 décembre du réalisateur Naji Jerf, des journalistes du monde entier ont perdu une source d'informations précieuse sur la situation dans les territoires syriens contrôlés par le groupe Etat islamique (EI). En plus de tourner ses propres documentaires, Jerf était formateur pour "Raqqa is being slaughtered silently". Depuis avril 2014, ce groupe d'activistes syriens tente de documenter les exactions commises par l'EI dans la ville de Raqqa. Parfois au prix de leur vie : en moins de deux ans d'existence, quatre de ses membres ont été assassinés.

Sa mort a été annoncée le 27 décembre, par un court message du collectif "Raqqa is being slaughtered silently" : "Notre réalisateur Naji Jerf, père de deux enfants, a été assassiné à Gaziantep, en Turquie". Naji Jerf était un journaliste syrien, opposant au régime de Bachar al-Assad mais également à l'organisation Etat islamique (EI). Il a été tué en pleine rue, d'une balle dans la tête. Il se savait en danger : "À la fin de juillet, dans une lettre envoyée à l’ambassadeur de France en Turquie" afin d'appuyer une demande de visa, "il avait évoqué les menaces pesant contre lui e...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.